Actualisé 30.04.2015 à 13:04

1er trimestre 2015

La BNS a subi une perte de 30 milliards

La Banque nationale suisse (BNS) a subi une perte de 30 milliards de francs au 1er trimestre 2015, contre un bénéfice de près de 4,4 milliards lors de la même période de 2014.

La banque centrale explique que les positions en monnaies étrangères ont causé une perte de 29,3 milliards, contre un bénéfice de 1,73 milliard au 1er trimestre 2014. L'abandon du taux plancher de l'euro le 15 janvier 2015 a entraîné une appréciation du franc et des pertes de change sur l'ensemble des monnaies de placements, a indiqué jeudi la BNS dans son rapport intermédiaire.

Au 1er trimestre 2015, ces pertes se sont élevées au total à 41,1 milliards de francs. Pour contrer le renchérissement du franc, la BNS a dû investir en devises dont la quantité a encore augmenté. Le placement en monnaies étrangères s'élevait à fin mars 2015 à 531,9 milliards de francs, soit 21,8 milliards de plus qu'à fin décembre.

Les placements dans la monnaie unique européenne sont passés en trois mois de 196,6 milliards à 213,4 milliards d'euros. En francs, leur valeur a baissé, en raison de la diminution du cours de l'euro, de 236,4 à 223,1 milliards.

Tandis que la part des placements en yens (8%), en dollar canadien (4%), et dans les autres monnaies (7%) est restée stable, la proportion des placements dans la livre britannique a légèrement augmenté de 6 à 7%. En valeur absolue, ces placements ont progressé de 22,1 à 26,5 milliards de livres. Ceux en dollars ont également fait un bond, passant de 148,4 à 177,3 milliards de dollars.

Par rapport à fin 2014, l'euro a chuté à fin mars de 13,1% et le dollar canadien de 10,7%. La livre sterling est en recul de 6,9%, le yen de 2,3% et le dollar américain de 2%.

Le président de la direction de la BNS, Thomas Jordan, a déclaré lors de l'assemblée générale de la semaine dernière que le franc était nettement surévalué. Jeudi en fin de matinée, l'euro s'échangeait à 1,05 franc.

Les intérêts négatifs donnent des bénéfices

Le stock d'or, inchangé, a quant à lui généré une moins-value de 1 milliard de francs au 1er trimestre 2015. De janvier à mars 2014, il avait dégagé une plus-value de 2,6 milliards. Fin mars 2015, le prix du kilogramme d'or s'élevait à 37'127 francs, contre 38'105 francs lors de la même période de l'an dernier.

Le produit des intérêts et le produit des dividendes ont contribué positivement au résultat à hauteur de respectivement 1,6 et 0,3 milliard de francs. Le niveau généralement plus bas des taux d'intérêt a engendré des gains de cours de 3,7 milliards de francs sur les titres porteurs d'intérêts et les instruments sur taux d'intérêt.

Les titres de participation et les instruments de participation ont quant à eux bénéficié du contexte boursier favorable et concouru au résultat à hauteur de 6,2 milliards de francs.

La BNS a dégagé un bénéfice de 328 millions de francs, au total, sur ses positions en francs, contre un profit de 77,6 millions au 1er trimestre 2014. Il provient essentiellement des intérêts négatifs prélevés depuis le 22 janvier 2015 sur les avoirs en comptes de virement (236 millions de francs) mais aussi de gains de cours (78 millions) et de produits d'intérêts (17 millions en francs) sur les titres en francs.

Rien à attendre

«Le résultat de la Banque nationale dépend dans une large mesure de l'évolution sur les marchés de l'or, des changes et des capitaux. C'est pourquoi de fortes fluctuations sont la règle, et il n'est que difficilement possible de tirer des déductions pour le résultat de l'exercice», note l'institut.

Le professeur d'économie publique à l'Université de Fribourg, Sergio Rossi, a déjà des certitudes. Selon lui, il faut s'attendre pour l«exercice 2015 à «plusieurs milliards de perte pour la BNS», a-t-il déclaré dans une prise de position. La banque centrale va donc devoir limiter, voire biffer, le versement d«une partie de ses bénéfices aux cantons et à la Confédération.

La BNS avait dégagé un bénéfice record de 38,3 milliards de francs en 2014, ce qui a permis aux cantons et à la Confédération de se partager 2 milliards. En 2013, la banque centrale avait subi une perte de 9,1 milliards de francs, en raison notamment de la chute du cours de l'or et de l'attribution de 3 milliards de francs à la provision pour réserves monétaires. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!