Investissement: La BNS ne lâche pas l'industrie de l'armement
Publié

InvestissementLa BNS ne lâche pas l'industrie de l'armement

Contrairement à ses déclarations d'intention, la Banque nationale suisse détient toujours des participations auprès de fabricants d'armes controversés.

par
laf

La Banque nationale suisse (BNS) détient toujours des actions dans plusieurs entreprises de défense américaines d'une valeur supérieure à 250 millions de francs, rapporte l'hebdomadaire Schweiz am Sonntag.

Dans son rapport annuel 2013, la BNS avait pourtant annoncé ne plus vouloir miser dans des titres controversés liés à l'armement. «La Banque nationale a décidé en 2013 de ne plus investir dans des actions d'entreprises qui produisent des armes interdites à l'échelle internationale», avait-elle énoncé. Depuis, la BNS a confirmé, durant le premier semestre de l'année, ses participations dans les entreprises américaines de défense Honeywell International et Lockheed, en les renforçant même à 66 millions de francs, respectivement 43 millions de francs. Les deux sociétés sont notamment accusées par des organisations des droits de l'homme, mais aussi par l'Etat norvégien, de fabriquer des armes nucléaires.

Les participations de la BNS dans Raytheon et General Dynamics sont encore plus controversées. Les deux firmes sont toutes les deux suspectées d'être impliquées dans la fabrication de munition. La Banque nationale n'a pas voulu s'exprimer sur ces participations. Elle affirme se baser sur des analyses de titres effectuées par des institutions bien établies. Elle se serait néanmoins quand même séparée de participations au sein de la firme Textron active dans la fabrication de munition.

Les actions des sociétés actives dans l'armement ont la cote ces derniers mois avec la hausse du nombre de conflits militaires et les incertitudes géopolitiques.

Ton opinion