Attentat à Londres: La bombe dans le métro aurait pu faire des morts
Publié

Attentat à LondresLa bombe dans le métro aurait pu faire des morts

L'engin qui a explosé et qui n'a pas fonctionné correctement en septembre dernier aurait pu faire de nombreuses victimes, selon une expertise.

1 / 33
L'auteur de l'attentat de la station de métro londonienne de Parsons Green  a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 34 ans. (Vendredi 23 mars 2018)

L'auteur de l'attentat de la station de métro londonienne de Parsons Green a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 34 ans. (Vendredi 23 mars 2018)

AFP
Sept projets d'attaques terroristes ont été déjoués depuis le mois de mars en Grande-Bretagne, a annoncé dimanche 24 septembre le maire de Londres, Sadiq Khan (ici). La chef de la police en avait dénombré six, vendredi. (Image d'illustration)

Sept projets d'attaques terroristes ont été déjoués depuis le mois de mars en Grande-Bretagne, a annoncé dimanche 24 septembre le maire de Londres, Sadiq Khan (ici). La chef de la police en avait dénombré six, vendredi. (Image d'illustration)

Keystone
Le pays a été victime de 4 attentats depuis le mois de mars. Un attentat-suicide a fait 22 morts le 22 mai à Manchester à la sortie d'un concert. Deux attaques au véhicule bélier et à l'arme blanche ont été commises à Londres, en mars et en juin, tuant 12 personnes. Et le 15 septembre, un attentat à la bombe a fait 30 blessés à la station de Parsons Green à Londres. (Image d'illustration)

Le pays a été victime de 4 attentats depuis le mois de mars. Un attentat-suicide a fait 22 morts le 22 mai à Manchester à la sortie d'un concert. Deux attaques au véhicule bélier et à l'arme blanche ont été commises à Londres, en mars et en juin, tuant 12 personnes. Et le 15 septembre, un attentat à la bombe a fait 30 blessés à la station de Parsons Green à Londres. (Image d'illustration)

Keystone

La bombe ayant explosé partiellement dans une rame de métro à la station Parsons Green à Londres, faisant 30 blessés en septembre, aurait pu être mortelle si elle avait fonctionné correctement, selon une experte interrogée vendredi au procès de l'auteur présumé.

L'engin explosif artisanal, qui a explosé en pleine heure de pointe le matin du 15 septembre, contenait des clous, des boulons et des couteaux, ainsi que plusieurs centaines de grammes de TATP (tripéroxyde de triacétone), un explosif instable prisé des djihadistes. «Quatre cents grammes de TATP peuvent potentiellement endommager les biens et blesser grièvement ceux qui se trouvent à proximité, et être mortels», a témoigné Sarah Wilson, une experte en explosifs, devant la cour criminelle de l'Old Bailey, à Londres, qui juge depuis lundi l'auteur présumé de l'attentat.

Tous les composants nécessaires pour faire une vraie bombe étaient présents, a-t-elle poursuivi. Pourquoi alors a-t-elle mal fonctionné? «Il peut y avoir plusieurs raisons expliquant son mauvais fonctionnement: a-t-elle été fabriquée correctement? Etait-elle mouillée?», a-t-elle répondu.

Composant acheté sur Amazon

Ahmed Hassan Mohammed Ali, un Irakien de 18 ans vivant à Sunbury, dans le Surrey (sud-ouest de Londres), est accusé de tentative de meurtre et d'usage d'un explosif susceptible de mettre en danger la vie d'autrui, des faits pour lesquels il plaide «non coupable».

Il aurait utilisé une récompense de 20 livres gagnée dans son école pour acheter sur Amazon le principal composant de la bombe, qu'il a fabriquée dans la cuisine de sa famille d'accueil.

Dans un entretien avec les services de l'immigration britannique, le jeune homme avait déclaré avoir été «entraîné à tuer» par le groupe Etat islamique, qui a revendiqué l'attaque.

Jeudi, des victimes avaient décrit un métro ravagé par les flammes et des passagers hurlant de douleur. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion