Tennis - Masters: La bonne réaction de Stan Wawrinka
Actualisé

Tennis - MastersLa bonne réaction de Stan Wawrinka

Mal embarqué face à Ferrer lors de son 2e match au Masters,le Suisse a su retourner la situation (7-5 6-2).

par
Oliver Dufour
Londres
Stan Wawrinka a profité de la baisse de régime de son adversaire au moment de conclure la première manche.

Stan Wawrinka a profité de la baisse de régime de son adversaire au moment de conclure la première manche.

photo: Keystone/Etienne Laurent

Lorsque ça ne tourne pas rond, il suffit parfois d'un petit rien pour que la roue parte dans le bon sens. Stan Wawrinka en a fait l'expérience, hier soir. Pendant plus d'une demi-heure, le No 4 mondial a ressemblé au joueur qu'il avait été lors de son entrée en lice manquée face à Rafael Nadal. Malmené par un David Ferrer séduisant, Wawrinka a trop jonglé avec des coups balancés à l'emporte-pièce, dans le filet ou loin derrière la ligne de fond de court.

Mais là où le Vaudois n'avait pas trouvé de solution pour contrer son autre adversaire espagnol, lundi, il a cette fois eu la patience de mettre son jeu en place petit à petit. Le «Pou» a même involontairement contribué à son retour, en commettant une double faute sur une balle de set à 5-3. Mentalement retrouvé, serrant le poing sur ses points gagnants, Stan s'est rapproché de «The Man» pour ravir une fois, puis une deuxième, le service du 7e joueur mondial et s'adjuger le set en 54 minutes. En fin stratège, le roi du snooker, l'Anglais Ronnie O'Sullivan, a semblé apprécier le retournement de situation.

«The Rocket» a probablement admiré davantage encore la façon expéditive avec laquelle Wawrinka a congédié son vis-à-vis dans la 2e manche, après avoir pris son service dès le 1er jeu. Au compteur, un sec 6-2 en 39 minutes pour classer l'affaire et se relancer dans la course aux demi-finales. Même sa 2e balle de match ratée sur un «smash-penalty» et son ultime coup droit jugé bon alors qu'il était «out» n'y ont rien changé. Demain à 21 h, heure suisse, le Vaudois disputera sa qualification dans son ultime match de poule face au héros local et No 2 mondial, Andy Murray. Chaud devant! D'autant qu'en cas de victoire, une demi-finale 100% suisse face à Roger Federer ne serait alors pas exclue...

Twitter, @Oliver_Dufour

Nadal sur sa lancée

Finaliste malheureux à Pékin et à Bâle cet automne, Rafael Nadal a survolé les débats face à Andy Murray dans une partie une nouvelle fois décevante. «C'est une victoire importante. Je suis heureux d'avoir pu évoluer à un tel niveau, surtout que j'affrontais un grand joueur sur une surface qui ne me convient pas», se réjouissait-il. «C'est un pas de plus dans la bonne direction. Je sais que je suis sur la bonne voie depuis Montréal (réd: où il s'était incliné en quart de finale). Je joue beaucoup mieux et suis satisfait de ce que je produis à l'entraînement», poursuivait-il.

«J'avais besoin d'obtenir de bons résultats pour confirmer cette impression. Ce fut le cas dans mes quatre derniers tournois (réd: outre ses deux finales perdues, il a également atteint les demi-finales à Shanghaï et les quarts de finale à Bercy), et je prends à nouveau beaucoup de plaisir sur le court», lâchait le nonuple champion de Roland-Garros, qui n'a connu qu'une toute petite alerte mercredi: il concédait le break dès le premier jeu du match, sans avoir passé la moindre première balle de service et après avoir commis trois fautes directes! Auteur de 29 fautes directes (pour seulement 15 coups gagnants!), Andy Murray lui rendait cependant la politesse dans la foulée et fut incapable de se procurer la moindre balle de break par la suite!

Ton opinion