Marchés: La Bourse suisse a clôturé en baisse
Actualisé

MarchésLa Bourse suisse a clôturé en baisse

Le Swiss Market Index (SMI) a baissé de 0,21% à 6489,80 points, le Swiss Leaders Index (SLI) de 0,24% à 978,52 points, et le Swiss Performance Index (SPI) de 0,08% à 6017,16 points.

La séance était placée sous le signe de la décision de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe sur les mécanismes de sauvetage de l'euro. Après avoir ouvert dans le rouge, la décision de la Cour, positive, a permis au SMI de passer au vert.

Mais l'accès de confiance n'a pas duré. Seules les financières et des cycliques ont fini sur une note positive, alors que les poids lourds défensifs ont plombé l'indice.

Les valeurs bancaires ont tenu la vedette, avec les informations sur la surveillance des banques dans la zone euro. Cette surveillance devrait se mettre en place dès le début de l'an prochain, selon les projets de la Commission européenne.

Cela n'a pas cependant pas fourni de grosses impulsions au marché. Les données américaines du jour n'ont pas non plus eu d'effets significatifs. Les investisseurs attendent l'issue, jeudi, de la séance de deux jours de la Fed et l'annonce d'éventuelles nouvelles mesures d'assouplissement.

Banques en hausse

Les actions des deux grandes banques ont profité de la décision de la Cour de Karlsruhe. Credit Suisse a gagné 4,6% et UBS 1,9%. Selon des courtiers, la fermeté de l'action Credit Suisse s'explique aussi par des achats de couverture, les intervenants internationaux maintenant leurs positions courtes après le récent rebond.

Par ailleurs, le directeur financier de Credit Suisse, David Mathers, a confirmé les objectifs de taux de fonds propres de base pour 2012. Dans le cadre des éventuels changements liés notamment aux accords fiscaux, il a indiqué que le Wealth Management pourrait subir un reflux de fonds de 25 à 35 milliards de francs ces prochaines années. Julius Baer a gagné 1,5%.

Les assurances ont également été recherchées, dans l'espoir d'une situation plus stable des marchés européens des capitaux. Swiss Life a gagné 1,4%, Zurich 1,4%, Bâloise 0,7% et Swiss Re a fini inchangée.

Transocean a regagné 1,1% après avoir cédé du terrain la veille. Du côté des cycliques, Lonza (5,3%) et Clariant (1,0%) ont aussi nettement progressé.

ABB (1,2%) tenait mercredi à Londres son Capital Markets Day. Il a dans ce cadre confirmé ses objectifs financiers jusqu'en 2015. Ceux-ci prennent en compte un recul mondial de la conjoncture entre 2011 et 2013, a précisé le patron Joe Hogan.

Dans le camp des perdants, les poids lourds défensifs Nestlé (- 0,9%), Roche (-0,9%) et Novartis (-0,6%) ont pesé sur le SMI.

Richemont et Swatch Group en baisse

Les valeurs du luxe Richemont (-2,4%) et Swatch Group (-1,3%) ont poursuivi sur la lancée négative de la veille. Dans une étude, Credit Suisse a pourtant défendu ces titres: la «punition collective» après l'avertissement sur bénéfice de Burberry, mardi, n'est pas justifiée selon l'analyste qui suit le dossier. Swatch Group continue d'être l'un des titres de l'univers du luxe les plus avantageux, a-t-il souligné.

Adecco (-1,3%) a aussi perdu du terrain. Dans une étude, Citigroup a réduit sa recommandation à «sell» de «neutral». A l'inverse, HSBC a légèrement relevé l'objectif de cours d'Adecco et confirmé «overweight».

Le Dax termine en hausse de 0,46%

La Bourse de Francfort a terminé en hausse mercredi, les investisseurs se montrant rassurés, mais pas vraiment surpris, par le feu vert de la Cour constitutionnelle allemande à la mise en oeuvre du Mécanisme européen de stabilité (MES) et du pacte budgétaire.

A la clôture, l'indice vedette Dax a gagné 0,46% à 7343,53 points, tandis que l'indice des valeurs moyennes MDax a fini stable à 11'183,27 points (-0,01%).

La Bourse de Paris finit en timide hausse

La Bourse de Paris a terminé en timide hausse mercredi, après le feu vert largement anticipé de la justice allemande sur le fonds de secours européen MES, prudente à la veille d'éventuelles annonces de la Réserve fédérale américaine.

Le CAC 40 a grignoté 0,18% à 3543,79 points dans un volume d'échanges fourni de 3,741 milliards d'euros.

Le Dow Jones gagne 0,07%, le Nasdaq prend 0,32%

La Bourse de New York a fini en légère hausse mercredi. L'indice Dow Jones a fini sur un gain de 9,99 points, soit 0,07%, à 13'333,35. Le S&P-500 a pris 3,0 points (0,21%) à 1436,56 et le Nasdaq Composite a avancé de 9,79 points (0,32%) à 3114,31.

(ats/afp)

La Fed pourrait décider d'assouplir sa politique monétaire

Les dirigeants de la banque centrale des Etats-Unis (Fed) étaient réunis mercredi à Washington pour une réunion de deux jours, à l'issue de laquelle ils pourraient annoncer de nouvelles mesures de relance monétaire.

Le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) a entamé sa session au siège de la Réserve fédérale, a indiqué un porte-parole de la banque centrale. Les dirigeants doivent rendre compte de leurs décisions jeudi.

La Fed publiera en outre les nouvelles prévisions économiques du FOMC (croissance, chômage, inflation et évolution du taux directeur de la banque centrale), avant que le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, ne tienne une conférence de presse pour expliquer les décisions du Comité.

Politique monétaire accommodante

Après la déception créée vendredi par les chiffres de l'emploi et du chômage américains du mois d'août, les analystes estiment dans l'ensemble que la Fed annoncera jeudi un nouvel assouplissement de sa politique monétaire, déjà ultra-accommodante.

Ils pensent que le FOMC, au minimum, prolongera jusque mi-2015, voire fin 2015, son engagement conditionnel à maintenir un taux directeur extrêmement faible. Et ils n'excluent pas qu'il aille encore plus loin en lançant la banque centrale dans un nouveau programme de rachats de titres sur les marchés financiers.

La Fed maintient son taux directeur à quasi zéro depuis plus de trois ans et demi et s'est engagée à le maintenir à un niveau «exceptionnellement bas» jusque fin 2014 au moins si la situation l'impose.

Elle alimente en outre en permanence le circuit financier à l'aide d'une perfusion de 2300 milliards de dollars par le biais d'opérations d'achat et de vente de titres sur les marchés financiers. Ces mesures ont pour effet de maintenir le plus bas possible les taux d'intérêts américains, du plus court terme au plus long terme.

La Banque de France supprimera jusqu'à 2100 postes dans son réseau

La Banque de France (BdF) a dévoilé mercredi un projet de restructuration de son réseau, qui s'accompagnerait d'un nombre important de suppressions de postes. Entre 1700 et 2100 emplois sont voués à disparaître à l'horizon 2020, par non remplacement de départs à la retraite.

Dans un communiqué, la BdF rappelle que près de 5000 de ses agents devraient partir à la retraite dans les huit ans qui viennent, dont environ 2600 dans son réseau de succursales, caisses et bureaux d'information qui emploie à ce jour près de 6300 agents.

Les postes de travail du réseau (hors siège) ne seront donc que partiellement remplacés, pour compter entre 4200 et 4600 agents, fin 2020. Pour atteindre ce but, la banque précise qu'elle prévoit de procéder de 500 à 1000 recrutements.

Il s'agit de la quatrième réorganisation du réseau de la Banque de France depuis le début des années 1990, la précédente, en 2003, s'étant traduite par la suppression de quelque 2000 emplois, pour l'essentiel sous forme de pré-retraites.

Ton opinion