Marchés: La Bourse suisse termine en baisse
Actualisé

MarchésLa Bourse suisse termine en baisse

La Bourse suisse a clôturé dans le rouge lundi. L'indice principal SMI (Swiss Market Index) a cédé 0,44% à 5987,54 points.

L'indice élargi SPI (Swiss Performance Index) a reculé de 0,38% à 5390,35 points et le SLI (Swiss Leaders Index) de 0,57% à 881,22 points.

Philipp Hildebrand, président de la Banque nationale suisse (BNS), a cédé à la pression et annoncé sa démission de la président du directoire de l'institut d'émission avec effet immédiat.

Cette démission est expliquée par son incapacité à démontrer de manière irréfutable que ce n'est pas lui qui a ordonné les transactions de dollars incriminées, autour de la fixation du taux de change plancher avec l'euro. Il veut préserver l'indépendance de l'institut.

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se sont efforcés d'afficher leur entente dans la crise financière, en particulier sur le maintien de la Grèce dans l'euro, malgré des désaccords persistants sur les modalités d'introduction d'une taxe sur les transactions financières. L'Allemagne s'est endettée lundi pour la première fois à taux négatif à court terme, signe de la soif de sécurité des investisseurs qui choisissent délibérément d'encourir des pertes pour investir en titres allemands. Les émissions de l'Italie et l'Espagne de cette semaine seront un teste sur la situation.

La chute de la banque italienne Unicredit était un autre facteur de pression sur les marchés, de sorte qu'UBS a clôturé en recul de 3,5%, en queue de peloton. Credit Suisse (-1,9%) a cédé du terrain également. Parmi les assureurs, Swiss Life (-2,6%) baissait dans une mesure supérieure à la moyenne.

L'UE lève 3 milliards d'obligations

L'Union européenne a levé lundi sans difficulté 3 milliards d'euros sur les marchés financiers grâce à une émission d'obligations à échéance 30 ans. L'opération servira à aider l'Irlande et au Portugal.

L'opération, qui s'est faite via le mécanisme européen de stabilisation financière (FESM) a reçu une forte demande (5,2 milliards d'euros) et «les carnets d'ordres ont été remplis en deux heures», indique l'UE dans un communiqué.

Le coupon payé sera de 3,75% et l'opération s'est faite à 125 points de base au-dessus du taux moyen, précise l'UE, sans plus de commentaires.

Cette émission obligataire, la première de l'UE en 2012, a attiré principalement des investisseurs au sein de l'Union européenne, en particulier d'Allemagne (70%), de Grande-Bretagne (13%) et du Bénélux (8%). Quelque 4% des investisseurs viennent de Suisse.

Grâce à cette opération, le Portugal et l'Irlande, qui sont sous assistance financière de l'UE et du Fonds monétaire international (FMI), recevront chacun 1,5 milliard d'euros. Ces sommes seront versées le lundi 16 janvier.

Repli des pharmas

Novartis a perdu 1,2% et Roche 0,4%. Novartis a annoncé qu'il rappelait aux Etats-Unis différents produits vendus sans ordonnance. Le groupe pharmaceutique bâlois a fermé provisoirement l'usine qui les fabriquait; les coûts de cette opération sont estimés à 120 millions de dolalrs. Les répercussions sur le chiffre d'affaires de l'année 2012 devraient toutefois être limitées, ont commenté les analystes.

Nobel Biocare a abandonné 2,0%. Un de ses gros clients s'est exprimé négativement dans la presse du week-end.

Geberit (-1,3%), qui annoncera cette semaine son chiffre d'affaires 2011, subissait la baisse de recommandation de Citigroup. La banque s'attend à ce que le secteur de la construction en Europe vive trois années de vaches maigres, qui toucheront durement Geberit et Holcim. Holcim (-0,5%) a réduit ses pertes de la journée.

Les gagnants de la journée sont les cycliques. Le bon de participation Schindler a gagné 1,7%, Kühne Nagel s'est amélioré de 1,6%, tandis que Lonza a pris 1,0%. Richemont ( 1,5%) et Swatch Group ( 0,9%) ont été recherchés.

Le pétrole finit en baisse à New York

Les prix du pétrole ont terminé en petite baisse lundi à New York dans un marché sans direction qui restait suspendu aux développements entourant le dossier nucléaire iranien et la crise de la dette en Europe.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février a cédé 25 cents à 101,31 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il avait ouvert en hausse de 10 cents.

«Le marché du brut se stabilise. (...) Il y a beaucoup d'éléments qui se télescopent, nous manquons de clarté», a résumé John Kilduff, analyste chez Again Capital.

«L'Iran a soutenu les cours avec les tensions avec les Etats-Unis et l'annonce du début de l'enrichissement d'uranium», a-t-il remarqué.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé lundi que l'Iran avait commencé la production controversée d'uranium enrichi à 20% sur son site de Fordo, enfoui sous une montagne et difficile à attaquer. Washington a estimé que cela constituait une «nouvelle escalade» dans la confrontation avec la communauté internationale.

Ce développement intervient alors que Téhéran a menacé de bloquer le détroit d'Ormuz, passage stratégique où transite entre un tiers et 40% du trafic maritime pétrolier mondial, en représailles contre les sanctions économiques imposées par les Occidentaux qui l'accusent de développer un programme nucléaire à visée militaire.

Les investisseurs ont par ailleurs réagi avec prudence à la conclusion de la réunion entre le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel. «Le marché reste suspendu» aux mesures d'austérité promises par les Européens, a noté M. Kilduff.

A l'issue de leur rencontre, M. Sarkozy et Mme Merkel ont notamment dit souhaiter que le projet de révision des traités européens prévoyant le renforcement de la discipline budgétaire soit signé «pour le 1er mars».

(ats/afp)

La Bourse de Paris vers le bas

La Bourse de Paris a terminé en baisse de 0,31% lundi, signant sa quatrième séance de baisse consécutive dans un marché prudent avant les premières publications trimestrielles américaines et toujours inquiet de la situation en zone euro.

Le CAC 40 a perdu 9,67 points à 3127,69 points, dans un volume d'échanges de 1,826 milliard d'euros.

Le Dax finit en recul

L'indice Dax de la Bourse de Francfort a fini lundi en recul de 0,67% à 6017,23 points, contre 6057,92 points vendredi à la clôture, alors que la crise de la dette en zone euro est revenue sur le devant de la scène.

Londres: le FTSE-100 termine en baisse

La Bourse de Londres a terminé en baisse lundi, l'indice FTSE-100 des principales valeurs perdant 37,42 points, soit 0,66% par rapport à la clôture de vendredi, à 5612,26 points.

Wall Street finit en légère hausse

La Bourse de New York a fini en très modeste hausse lundi, les investisseurs hésitant à s'engager avant le début de la saison des résultats d'entreprises aux Etats-Unis: le Dow Jones a gagné 0,24% et le Nasdaq 0,07%.

Selon des chiffres provisoires, le Dow Jones Industrial Average a grignoté 29,71 points à 12'389,63 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,79 point à 2676,01 points.

Ton opinion