Suisse - Votation: La caisse publique serait rejetée
Actualisé

Suisse - VotationLa caisse publique serait rejetée

Même si les Romands se disent encore majoritairement pour, l'initiative a du plomb dans l'aile, selon les résultats du troisième volet de l'enquête de «20 minutes».

par
jbu/dmz

Gros coup de frein pour les instigateurs de la caisse publique. Le soutien des Suisses continue de s'éroder, comme le montrent les résultats de la troisième vague de notre sondage. Pas moins de 51% des participants ont déclaré qu'ils voteront «non» le 28 septembre, 48% la soutiendront et le pour cent d'indécis ne fera pas s'inverser la tendance. Au début du mois, le statu quo régnait (49% de pour, 49% de contre et 2% d'indécis). Alors qu'à la mi-août, le «oui» était largement en tête (61%).

L'enquête montre de plus que la campagne des partis bourgeois contre le projet fonctionne. Un quart des répondants se disant sympathisants PLR ont déclaré accepter l'initiative, contre 35% des pro-UDC et 43% des participants proches du PDC. Ce qui explique en partie l'érosion de leur soutien à la caisse publique.

«Persuasion» ou «polémique»

Pour le conseiller national PDC Christian Lohr (TG), la progression du «non» n'est pas surprenante: «Nous avons été très actifs ces dernières semaines pour combattre ce texte. Et nos arguments ont fait mouche.» Une analyse que ne partage pas la Zurichoise Jacqueline Fehr (PS): «Les opposants ont installé un climat de peur et lancé de fausses polémiques, s'insurge-t-elle. Et malgré cela, je suis encore approchée tous les jours par des électeurs de droite en colère contre notre système de santé.» Difficile donc d'expliquer les raisons de la forte progression du «non» grâce à une campagne efficace.

Toujours le Röstigraben

En Suisse romande, la caisse unique semble toutefois remporter un franc succès: comme lors de la deuxième vague de sondage, 66% des sondés francophones ont annoncé qu'ils glisseraient un bulletin favorable dans l'urne. Jacqueline Fehr l'interprète comme l'expression de l'«esprit d'Etat» plus marqué dans nos contrées. Christian Lohr y voit simplement «une inimitié envers les assurances plus exacerbée», par la faute de quelques caisses qui ternissent l'image des autres.

La TVA plus juste balayée

Autre objet soumis au peuple le 28 septembre: l'initiative «Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration!» Cette dernière n'a réuni que 37% d'avis favorables. Là aussi, le soutien s'est effondré. Lors de la première vague de sondage, 60% des répondants disaient la soutenir.

L'enquête en chiffres

12'355 personnes de tout le pays ont donné leur avis les 11 et 12 septembre derniers. Les politologues Lucas Leeman et Fabio Wasserfallen de l'Université de Zurich ont pondéré les réponses en fonctions de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse.

Ton opinion