Le composte humain autorisé en Californie

Publié

Enterrements écologiquesLa Californie autorise le compost humain

C’est le cinquième État américain à autoriser ce processus de décomposition accélérée du corps humain, qui devient ensuite un terreau qu’on peut semer.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

Pexels

Mourir de façon écologique, c’est possible! Les États-Unis s’intéressent depuis quelques années au compost humain ou «humusation». En 2019, Washington devenait le premier État américain à adopter ce processus. Le Colorado et l’Oregon l’ont imité en 2021, et le Vermont en juin 2022. Dimanche, la Californie a suivi le pas en adoptant un projet de loi.

En 2019, Washington devenait le premier État américain à adopter l’humusation.

Plus écologique

La crémation, qui représente plus de la moitié des rites funéraires, est un processus à forte intensité énergétique qui émet des substances chimiques, telles que du CO2, explique «The Guardian». Avec le compostage humain, le corps est naturellement décomposé en terre, ce qui constitue une option plus écologique. De plus, l’humusation est moins chère qu’un enterrement ou une crémation, du moins en Californie.

Le processus consiste à placer le défunt dans une boîte de 2 m 5 de long avec des matériaux biodégradables, tels que des copeaux de bois et des fleurs. Après trente à soixante jours, le corps se décompose en terreau, qui peut être rendu aux proches. Il peut alors être conservé ou semé. «Des clients ont planté des arbres et des fleurs», raconte dans «The Guardian» Micah Truman, PDG d’une entreprise de pompes funèbres à Seattle. Ce dernier raconte aussi l’histoire d’un agriculteur qui a demandé, avant de mourir, que son corps soit rendu à la ferme dont il s’est occupé toute sa vie.

Le compostage humain a du succès; Micah Truman explique que des personnes de pas moins de douze États différents venaient à Washington pour avoir recours à ses services.

Mais tout le monde ne soutient pas le nouveau projet de loi californien. Ainsi, la Conférence catholique de Californie a affirmé que le processus de compostage «réduit le corps humain à une simple marchandise jetable». Pour elle, «la pratique consistant à enterrer respectueusement les corps ou à honorer les cendres des défunts est conforme à la norme quasi universelle de révérence et de soins envers les défunts».

Bientôt en Suisse?

En Suisse, l’association «Humusation Suisse» milite pour l’introduction du compostage humain, comme le relatait la RTS en 2021. En 2020, celle-ci avait contacté de nombreuses communes en Suisse romande, dont certaines «très réceptives» au projet.

(mat)

Ton opinion

18 commentaires