Actualisé 21.04.2006 à 08:46

La carte grise en guise d'abonnement de bus

L'idée est séduisante et un peu iconoclaste: pour lutter contre les pics de smog, il faut inciter les automobilistes à emprunter les transports publics.

Le conseiller d'Etat vaudois François Marthaler propose, lorsque les valeurs limites de pollution sont dépassées, d'utiliser le permis de circulation en guise de titre de transport valable. D'autres mesures sont dans l'air, telles que la limitation de la vitesse, l'interdiction de faire du feu. Mais rien n'est encore officiellement décidé.

Prendre le bus en «payant» avec sa carte grise. Ou comment convaincre l'automobiliste de lâcher le volant pour se déplacer avec les transports publics (bus, métro ou train) durant les jours de pics de pollution. Le permis de circulation devient ainsi titre de transport. C'est le conseiller d'Etat écologiste vaudois François Marthaler qui vient de lancer l'idée à la Conférence des ministres cantonaux de l'environnement; il a aussi écrit à l'Union suisse des transports publics.

«Et ils ont croché, se disant prêts à étudier mon idée», se réjouit le Vaudois. Qui prend l'initiative à l'heure où les cantons font pression sur Berne. Il faut engager un plan d'action contre les particules fines et l'ozone, ont exigé hier les responsables de l'environnement.

Grégoire Nappey

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!