Espagne: La Catalogne en grève pour défendre ses droits

Actualisé

EspagneLa Catalogne en grève pour défendre ses droits

Port de Barcelone, universités publiques, transports, sites touristiques... seront en grève mardi, après le référendum et les violences policières.

1 / 143
Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Lundi 2 juillet 2018)

Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Lundi 2 juillet 2018)

AFP
L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

AFP
Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

AFP

La Catalogne est en grève mardi, du FC Barcelone à la fameuse Sagrada Familia, pour défendre ses «droits» et dénoncer les violences policières en marge du référendum sur l'indépendance dimanche. Des manifestations sont également prévues.

Cette grande mobilisation intervient deux jours après l'organisation d'un référendum d'autodétermination interdit. La police et la garde civile sont intervenues dans une centaine de bureaux de vote pour saisir urnes et matériel électoral, non sans violence.

Le scrutin, auquel ont participé de très nombreux Catalans, a ouvert la crise politique la plus profonde traversée par l'Espagne depuis le rétablissement de la démocratie dans le pays en 1977.

Les dirigeants de la Catalogne, une région grande comme la Belgique, où vivent 16% des Espagnols, ont annoncé qu'ils envisagent sérieusement de déclarer l'indépendance une fois confirmée la victoire du «oui», à 90% selon des résultats non définitifs.

Catalogne: un rallye indépendantiste

Des centaines de blessés

La grève avait dans un premier temps été convoquée par des syndicats minoritaires. Mais, finalement, après les brutalités et les violences ayant amené dimanche plus de 800 personnes à solliciter une assistance médicale, les syndicats majoritaires dans la région, les associations et les partis indépendantistes ont décidé d'y adhérer pour montrer une image d'unité face à ces agressions.

Violences en marge du référendum en Catalogne

Plusieurs centaines de personnes ont été blessées dimanche dans des heurts quand la police a voulu empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne. (montage: cga)

«Je suis convaincu que cette grève sera très suivie», a déclaré le président de la région Carles Puigdemont. L'homme cherche aussi par ce biais à montrer que toute la société le soutient dans son bras de fer pour obtenir de Madrid, au minimum un référendum d'autodétermination.

Dans les faits, la grève est prévue au port de Barcelone, dans les universités publiques, les transports, le musée d'art contemporain (MACBA), parmi les employés de l'opéra et même ceux de la fameuse Sagrada Familia, la cathédrale de Gaudi. Le Barça suivra aussi la grève: ni les équipes professionnelles ni celles des jeunes ne s'entraîneront mardi. Les organisateurs veulent en faire une démonstration «de paix». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion