30.07.2020 à 05:37

Inès d’Assomption

«La célébrité ne m’intéresse pas du tout»

À l’affiche du film «T’as pécho?», Ines d’Assomption incarne une ado très sûre d’elle. Dans la vie, l’actrice de 18 ans est bien plus réservée…

de
Ludovic Jaccard
En plus de son métier de comédienne, Inès va commencer des études en arts plastiques.

En plus de son métier de comédienne, Inès va commencer des études en arts plastiques.

DR

À l’affiche de «T’as pécho?», actuellement en salles, Inès d’Assomption crève l’écran dans son premier rôle au cinéma. Dans cette comédie pour ados, elle incarne Ouassima, lycéenne au tempérament de feu, qui donne des cours de drague à des garçons coincés, qui peinent à séduire les filles. Or, dans la réalité, la Française de 18 ans, d’origine guadeloupéenne et béninoise par son père et tunisienne par sa mère, est une jeune femme à l’opposé de son personnage.

Pourquoi avoir accepté ce rôle de Ouassima dans la comédie «T’as pécho?»?

Parce que cette fille a un très fort caractère. On dirait qu’elle sait où elle va. Alors que moi je suis tout l’opposé d’elle. Je suis une personne très réservée, très timide. Du coup, je me suis dit qu’il fallait que j’essaie, car c’est ça le cinéma : interpréter des personnages qui ne nous ressemblent pas. C’était un défi que je voulais relever. Et ça a marché.

Dans le film vous aidez des ados coincés à draguer les filles. Pensez-vous que les garçons de votre âge ont de la peine à séduire?

Les garçons et les filles sont tous au même niveau pour ça. On est tous un peu perdus durant l’adolescence où l’on veut plaire, savoir draguer. Le fait que ce film parle de ça m’a beaucoup plu.

Était-ce difficile de jouer souvent en maillot de bain, pour les besoins du film?

Oui. À mon âge, je n’ai pas totalement confiance en moi. En plus, je suis vraiment pudique. J’ai eu peur de ça quand j’ai lu le scénario. L’idée de montrer mon corps à des milliers de gens me complexait. Mais comme j’étais avec une bonne équipe d’acteurs, cela m’a mise en confiance. Il n’y avait pas de critiques, donc pas de malaise. J’ai ainsi appris qu’il fallait aimer ses complexes.

Comment s'est passée votre collaboration avec Ramzi Bedia durant le tournage?

J’étais impressionnée de savoir qu’il jouerait mon père, car il est très connu. Mais une fois que je l’ai vu, il m’a tout de suite mise à l’aise. Il a été très cool et il ne se la pète pas. Il est tout à fait normal et m’a donné plein de conseils pour bien jouer. Il me prenait vraiment pour sa fille parfois et c’était très drôle!

Avez-vous toujours voulu devenir actrice?

Je suis une cinéphile. Mon père a toujours regardé beaucoup de films. Du coup, j’ai appris à les apprécier aussi. Dès l’âge de 12 ans je me suis présentée à des castings. J’ai décroché un premier rôle à 13 ans dans le court-métrage de Sonia Rolland (ndlr: Miss France 2000), «Une vie ordinaire». Ensuite j’y ai pris goût et j’ai voulu continuer à fond.

Vous allez commencer des études en arts plastiques à la rentrée. Préférez-vous ce domaine au cinéma ?

C’est dur de choisir entre le dessin et le cinéma, mais j’ai toujours eu un penchant pour le métier d’actrice.

Êtes-vous soutenue pas vos parents dans votre carrière de comédienne?

Oui, totalement! Depuis que j’ai commencé à tourner dans des films, tous les membres de ma famille me soutiennent beaucoup. Ils veulent tous aller voir le film au cinéma (rires). Mes amis aussi m’encouragent. Il n’y a pas de jalousie. C’est cool.

Souhaitez-vous devenir célèbre?

Non, j’ai d’ailleurs du mal à me voir à l’écran. Je sais que ça peut paraître bizarre, mais c’est le cas pour beaucoup d’acteurs. J’aime surtout être devant la caméra pour jouer d’autres personnages à l’opposé de moi. La célébrité ne m’intéresse donc pas du tout. J’y vois plus d’inconvénients que d’avantages.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

de mère en fille

30.07.2020 à 09:29

Ma grand-mère a fait 9 enfants toute seule, ma mère n'a fait que 7 et moi je n'ai que 4 et le cinquième au four de 3000 pères inconnus. Nous sommes toutes chauvinistes.

Coco Desîles

30.07.2020 à 08:46

Ben moi non plus , ta « célébrité » ne m’intéresse pas!

bisounours1er

30.07.2020 à 08:00

Ça tombe bien, je ne la connais pas.