Actualisé

NeuchâtelLa centrale 144 sera externalisée

La centrale d'appels sanitaires urgents du 144 pour le canton de Neuchâtel sera externalisée dans le canton de Vaud.

La répartition des missions hospitalières entre les deux principales villes du canton a passé la rampe dimanche en votation (63,2% des voix), de même que le transfert du 144 dans le canton de Vaud (56,9%).

La chirurgie stationnaire - avec séjour à l«hôpital - sera concentrée à La Chaux-de-Fonds. Neuchâtel accueillera pour sa part un centre de chirurgie ambulatoire et un centre de l«appareil locomoteur, spécialisé en particulier en orthopédie.

Ces trois options font partie de la stratégie hospitalière globale concoctée par le précédent Conseil d'Etat, qui inclut également l'installation d'un centre femme-mère-enfant à Neuchâtel.

Site unique pas tranché

Défendues aussi par l'actuel gouvernement, elles ont été avalisées par le Grand Conseil ce printemps avant d'être combattues par un référendum. Les opposants, issus du Bas du canton, jugeaient cette organisation «absurde» et «dépassée» puisque la question d'un site unique pour les soins aigus n'est toujours pas tranchée, contrairement à de nombreux autres cantons.

La campagne a été tendue. Le dossier étant de nature à réveiller l'antagonisme entre le Haut et le Bas du canton, de nombreuses voix s'étaient élevées pour appeler à accepter la répartition afin de pacifier le canton.

Le taux de participation élevé permet de dire que la démocratie a parlé, a commenté Laurent Kurth, président du Conseil d'Etat, lors d'une conférence de presse réunissant les cinq ministres cantonaux. Il s'est monté à 49,86%.

Pas de retour en arrière

Dans la même logique, les Neuchâtelois ont rejeté par près de 58% des votes l'initiative populaire «Pour une médecine de proximité». Ce texte réclamait que les sites du Val-de-Travers, de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel soient tous dotés de maternités, de services d'urgences et de blocs opératoires.

Cinq ans après son dépôt, il était jugé obsolète par à peu près tous les intervenants politiques, au vu de la réorganisation déjà en marche dans le canton. A travers leur vote, les citoyens ont exprimé leur volonté de «laisser derrière eux une organisation hospitalière datant du siècle passé», selon Laurent Kurth.

A noter que cette initiative a tout de même été soutenue par la majorité des habitants du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Et elle a été massivement approuvée par le district du Val-de-Travers.

Le 144 neuchâtelois sera vaudois

Les citoyens du canton ont aussi suivi le choix des autorités au sujet du 144. Ils ont approuvé l'externalisation de la centrale d'appels sanitaires urgents dans le canton de Vaud.

A peu près tous les intervenants politiques s'accordaient à dire que l'actuel dispositif neuchâtelois n'est pas satisfaisant: éclaté entre plusieurs services cantonaux et communaux, une centrale d'alarme et trois centrales d'engagement, il est jugé trop complexe.

Le Conseil d'Etat affirme que le contrat avec la Fondation Urgences Santé du canton de Vaud (limité à trois ans pour l'instant) apporte une réponse moderne, professionnelle et économique.

De leur côté, les référendaires - associations de personnel des Services d'incendie et de secours des Montagnes et de Neuchâtel) - estimaient que les compétences requises pour améliorer la situation étaient présentes dans le canton.

Les villes de Neuchâtel, de La Chaux-de-Fonds et du Locle faisaient front commun pour soutenir leur proposition de créer rapidement une centrale regroupant les appels urgents de la santé et du feu. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!