Météo: La chaleur entraîne de grosses pertes de productivité
Publié

MétéoLa chaleur entraîne de grosses pertes de productivité

Près de 400 millions francs sont perdus chaque année en Suisse en raison de la canicule et de la baisse de la productivité que celle-ci entraîne dans les entreprises. C’est deux fois plus que la grippe saisonnière!

La chaleur impacte le travail sur les chantiers par exemple.

La chaleur impacte le travail sur les chantiers par exemple.

DR

Cette semaine, la Suisse a enregistré de nouveaux records de température pour le mois de mai à plusieurs endroits. Les températures ont encore grimpé à Viège (VS) vendredi en fin d’après-midi par exemple pour atteindre 33,3 degrés. Cette valeur égale le record absolu pour un mois de mai en Suisse, lequel datait de 2009. Il avait également été établi à Viège. «Ces températures sont loin d’être normales», déclare Thomas Bucheli, chef de SRF Meteo. Ce qui est idéal pour la baignade ou les grillades paralyse l’économie. En cas de travail pénible en plein air, les performances chutent rapidement à de telles températures rapporte la «SonntagsZeitung».

Une facture à 400 millions francs

La perte de productivité due à la chaleur est deux fois plus élevée que celle provoquée par la grippe saisonnière rappelle le journal alémanique. Elle pourrait augmenter de 17% d’ici à 2050 avec le scénario climatique le plus favorable et de 58% avec le moins favorable. Le chef de la SRF Meteo évalue dans le journal à «très élevé» le fait que la Suisse connaisse cette année encore un été plus chaud que la normale. De nouveaux records de chaleur sont «très probables», ajoute-t-il. «Il pourrait faire jusqu’à 40 degrés», avertit-il. Entre deux et cinq degrés supplémentaires en moyenne sont possibles à brève échéance selon Thomas Bucheli.

Et ce constat est chiffré: plus de 400 millions francs sont perdus chaque année en Suisse en raison de la canicule et de la baisse de la productivité que celle-ci entraîne dans les entreprises. Ces chiffres ressortent d’une étude de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), de l'Office fédéral de météorologie et de climatologie (MétéoSuisse) et d’autres institutions.

(jbm)

Ton opinion

96 commentaires