Actualisé 13.07.2012 à 14:44

AllemagneLa chancelière défend le zizi sans capuche

Berlin veut protéger le droit à la circoncision au nom de la «liberté des activités religieuses».

La chancelière Angela Merkel a mis la main sur ce sensible thème.

La chancelière Angela Merkel a mis la main sur ce sensible thème.

Berlin est «préoccupé» par le jugement condamnant la circoncision religieuse et veut protéger cette pratique au nom de la «liberté des activités religieuses», a déclaré vendredi le porte-parole de la chancelière Angela Merkel.

«Au nom de ce gouvernement, de tous les membres de ce gouvernement, disons les choses clairement: nous tenons à ce qu'une vie religieuse juive, à ce qu'une vie religieuse musulmane soient possibles en Allemagne», a déclaré ce porte-parole, Steffen Seibert, lors d'un point de presse gouvernemental régulier.

«La liberté des activités religieuses est un droit auquel nous sommes très attachés», a-t-il affirmé, assurant que son gouvernement voulait trouver une solution.

«Il est urgent de rétablir un climat juridique pacifié» autour de cette question, a affirmé M. Seibert, s'exprimant pour la première fois sur la vive polémique née d'un jugement du Tribunal de grande instance de Cologne, rendu public fin juin.

La chancelière Angela Merkel défend la coutume religieuse.

Cette juridiction a estimé que «le corps d'un enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision», une décision qui a ouvert un vaste débat dans un pays qui compte quelque 4 millions de musulmans et une communauté juive de plus de 200 000 personnes.

«Les circoncisions conduites avec responsabilité ne devraient pas être passibles de poursuites dans ce pays», a encore dit le porte-parole de Mme Merkel, ajoutant: «Cela nous préoccupe que l'accomplissement de cette coutume religieuse ancienne ne puisse s'exercer dans un climat juridique pacifié.»

Les discussions ont été «intenses» au sein du gouvernement et à la Chancellerie, a précisé Monsieur Seibert. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!