Activistme climatique - La «chanson de combat» d’Henri Dès reprise par 24 personnalités
Publié

Activisme climatiqueLa «chanson de combat» d’Henri Dès reprise par 24 personnalités

Une flopée de Romands connus ont réalisé un clip appelant à des actions urgentes contre le dérèglement climatique. Certains font l’apologie de la désobéissance civile.

par
Pauline Rumpf

Découvrez la chanson et les explications des participants.

20 minutes

Tout est parti d’un téléphone entre les deux aînés iconiques de Suisse romande: Henri Dès et Jacques Dubochet. Le premier avait écrit une chanson pour alerter sur l’urgence climatique; le second soutient les militants depuis les débuts de la grève du climat. Ensemble, ils ont rameuté Zep, Timea Bacsinszky, Vincent Veillon, le duo Aliose, Derib ou encore Phanee de Pool: 24 voix d’artistes, scientifiques, humoristes et d’autres, pour chanter les 24 demi-couplets de «Maintenant on est là» et appeler «les puissants» à «se bouger» pour éviter une catastrophe climatique.

Le clip, co-produit par la Grève du climat, Extinction Rebellion et deux groupes d’aînés pour le climat, fait la part belle à la désobéissance civile comme moyen de mettre la pression sur les politiques. «Il y a beaucoup de sensibilités différentes au sein de ces mouvements, qui partagent un but commun, analyse Henri Dès. Personnellement je suis plutôt un modéré, mais chacun prendra ce clip comme il le veut.»

Interrogées, les deux moitiés du duo Aliose partagent tous deux la sensation d’urgence à agir. «On l’a vu pendant le Covid, les gens se sont retrouvés à voyager autour de chez eux, consommer proche de chez eux. C’était un peu moins rigolo, mais c’est clairement faisable. Si on se met tous à agir à notre niveau, maintenant, on peut faire la différence», espère Alizée Oswald. Face à cette ribambelle de personnalités, Xavier Michel concède qu’il existe un effet de mode autour du thème du climat. «Mais c’est normal, c’est un sujet brûlant, il en va de notre avenir. Si on peut passer un message qui nous tient à cœur, on répond présent.»

Ton opinion

227 commentaires