Omara Portuondo: La chanteuse cubaine Omara Portuondo retourne à la source du "son"

Actualisé

Omara PortuondoLa chanteuse cubaine Omara Portuondo retourne à la source du "son"

L'hégérie féminine du Buena Vista Social Club donne une leçon de musique cubaine dont elle a le secret. Son récital s'est enrichi pour l'occasion de la virtuosité d'un ensemble qui sait tout faire: le Lausanne Sinfonietta.

A la base de la salsa, il y a le "son" cubain. Omara Portuondo a rappelé une fois de plus cette évidence au Casino Barrière samedi soir. Elle est même allée plus loin. La chanteuse cubaine a répété que la base du "son" peut se décliner dans beaucoup d'autres registres musicaux, et pas simplement dans les tubes de salsa débités à longueur de week-end dans les "salsateca" du monde entier. Avec l'aide de son guitariste brésilien, Jorge Chicoy, elle a lancé son "son" dans des horizons auriverde méconnus. Elle est même allée plus loin avec le Lausanne Sinfonietta qui l'accompagnait: elle s'est permise plusieurs détours vers des cieux de musique classique des plus osés.

Ces détours réguliers n'ont pas écarté Omara Portuondo et ses ensembles du droit chemin de la pureté de son art. A plus de 70 ans, Omara est une des dernières garantes d'une certaine tradition. Elle est l'héritière toujours vivante d'une génération de musiciens. Celle qui a appris la musique dans la cuisine familiale et qui a grandi dans les ronds de fumée de Fidel Castro. Celle qui s'est révélée tardivement dans le monde entier grâce au Buena Vista Social Club.

Omara Portuondo a surpris la curiosité du public, beaucoup de jeunes qui se sont autorisés des envolées dansantes dans les allées des gradins. Les roucoulements d'Omara les ont fait rêver. Ses rythmes endiablés les ont fait virevolter. Ses silences les ont fait pleurer. Ses commentaires entre deux morceaux les ont fait rire. Un concert d'Omara Portuondo est avant tout un concert d'émotions.

Dominique Botti

Ton opinion