Actualisé 21.05.2017 à 12:29

Votation communaleLa Chaux-de-Fonds balaye la hausse d'impôt

Les citoyens de la métropole horlogère neuchâteloise ont nettement désavoué dimanche les autorités et suivi la droite.

La Ville fait face à une baisse de la fiscalité des personnes physiques.

La Ville fait face à une baisse de la fiscalité des personnes physiques.

Keystone

Les habitants de La Chaux-de-Fonds ont rejeté dimanche à près de 78% des votants une hausse temporaire des impôts proposée par le Conseil communal pour faire face à la conjoncture difficile qu'affronte la Ville. L'issue du scrutin constitue une victoire pour la droite qui avait lancé un référendum contre cette augmentation de trois points de la fiscalité.

Cette hausse d'impôt qui devait contribuer au retour de l'équilibre financier à l'horizon de 2020 a été refusée par 8140 voix contre 2314. Elle était limitée à quatre ans et aurait été interrompue en cas de retour plus rapide à l'équilibre des finances. La participation s'est élevée à 36,3%.

Le Conseil communal regrette que la majorité de ses concitoyens «n'aient pas jugé bon d'apporter un bol d'air de trois millions annuels pour les quatre prochains exercices». Il va poursuivre ses efforts de redressement, y compris par des négociations avec le Conseil d'Etat pour un rééquilibrage cantonal.

Manque à gagner

Cette mesure aurait permis à la Ville de récupérer 2,9 millions de francs de recettes par année. Le Conseil général l'avait adoptée en décembre dernier par 20 voix contre 16, parmi d'autres mesures d'austérité. Mais le PLR, l'UDC et le PDC avaient lancé un référendum contre ce projet de hausse.

Pour le comité référendaire, cette augmentation d'impôt aurait été une solution de facilité, une vue à court terme. Durant la campagne, il a répété que ce projet aurait incité des contribuables fortunés à quitter la Métropole horlogère.

Le fait que le taux d'imposition à La Chaux-de-Fonds soit déjà l'un des plus élevés du canton a certainement pesé dans l'issue du vote dimanche. Pour le comité référendaire, cette augmentation aurait aussi eu un impact négatif en terme d'image et de dynamisme.

Supportable pour les autorités

Le Conseil communal estimait que le surplus temporaire de l'impôt direct communal était supportable pour les contribuables. Pour une personne seule dont le revenu annuel imposable est de 70'000 francs, la hausse aurait été d'un peu moins de 220 francs par année.

Les autorités communales avaient lancé cette mesure à la suite d'une baisse de la fiscalité des personnes physiques enregistrée depuis quelques années. L'exécutif a déjà dû puiser dans sa réserve de politique conjoncturelle pour réduire le déficit du budget 2017. La situation financière exigera de maintenir une gestion stricte, mais en préservant les qualités et l'attractivité de la Métropole horlogère, écrit le Conseil communal. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!