Sport - La Chine offre un stade national au Cambodge
Publié

SportLa Chine offre un stade national au Cambodge

150 millions de dollars, 60’000 places: voici résumé, en deux chiffres, le cadeau - un stade - fait par la Chine au Cambodge dans le cadre des Nouvelles Routes de la soie.

1 / 4
Le stade national Morodok Techo a été officiellement offert au Cambodge par la Chine, dimanche.

Le stade national Morodok Techo a été officiellement offert au Cambodge par la Chine, dimanche.

AFP
Le stade est entouré d’un fossé, qui doit rappeler l’eau encerclant l’enceinte du temple d’Angkor Vat, joyau archéologique du Cambodge.

Le stade est entouré d’un fossé, qui doit rappeler l’eau encerclant l’enceinte du temple d’Angkor Vat, joyau archéologique du Cambodge.

AFP
Le stade, d’une valeur de 138 millions de francs, a été offert par la Chine dans le cadre des Nouvelles Routes de la soie.

Le stade, d’une valeur de 138 millions de francs, a été offert par la Chine dans le cadre des Nouvelles Routes de la soie.

AFP

La Chine a remis, dimanche, un nouveau stade national dans la capitale cambodgienne, Phnom Penh, d’une valeur de 150 millions de dollars (138 millions de francs), ce qui en fait la plus importante infrastructure offerte au pays, selon le gouvernement.

D’une capacité de 60’000 places, le stade est le dernier projet en date entrant dans le cadre de l’initiative des Nouvelles Routes de la soie, de plus de 1000 milliards de dollars (920 milliards de francs) menée par Pékin afin d’étendre son influence à l’étranger. L’inauguration de l’enceinte sportive, qui accueillera, en 2023, les Jeux d’Asie du Sud-Est, s’est déroulée en présence du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

«Nouvelle étape dans la solide amitié»

L’infrastructure, qui prendra le nom de Stade national Morodok Techo, a la forme d’un navire à voile qui symbolise la longue amitié entre les deux pays, quand les Chinois se rendaient par bateau au Cambodge, a-t-on expliqué de source officielle. Il est entouré d’un fossé, qui doit rappeler l’eau encerclant l’enceinte du temple d’Angkor Vat, joyau archéologique du Cambodge.

Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, a défendu, dimanche, les relations entre son pays et la Chine, qui font pourtant l’objet de critiques de plus en plus fortes, assurant que Pékin était un «ami respecté et de confiance». «Ai-je fait une erreur en contactant nos amis chinois lorsque l’on voit quels en sont les résultats?» s’est-il interrogé, faisant référence au stade, qu’il a présenté comme «une nouvelle étape dans la solide amitié qui lie le Cambodge et la Chine».

Plusieurs contrats signés

Les deux pays ont profité de la visite de Wang Yi pour signer plusieurs contrats, pour lesquels Pékin a promis un investissement de 250 millions de dollars (230 millions de francs) en faveur de projets de développements, selon le premier ministre cambodgien. Wang Yi a, pour sa part, assuré que la Chine n’imposera jamais «des conditions d’ordre politiques» dans sa coopération avec Phnom Penh.

Le Cambodge est un allié de longue date de la Chine et a bénéficié de milliards de dollars de prêts et investissements, mais également, plus récemment, de près de 28 millions de doses de vaccins contre le Covid-19, dont 4,3 millions sous forme de don.

Version originale publiée sur 20min.ch

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires