Actualisé 16.03.2014 à 08:57

Vol MH370

La Chine s'indigne du «temps perdu»

Les recherches du vol MH370 se concentraient dimanche sur deux corridors: au nord, du Kazakhstan à la Thaïlande, et au sud de l'Indonésie, dans l'Océan indien.

L'enquête sur le vol MH370, qui a changé de cap et désactivé ses communications de manière «délibérée» avant de se volatiliser, se concentrait dimanche sur deux corridors: au nord, du Kazakhstan au nord de la Thaïlande, et au sud, de l'Indonésie à la partie méridionale de l'Océan indien. La Chine s'indigne du «temps perdu» par la Malaisie. Après l'abandon des opérations en mer de Chine méridionale, les avions et navires d'une dizaine de pays concentraient leurs recherches dimanche sur ces deux corridors. Le couloir sud est jugé le plus vraisemblable par les analystes, qui soulignent que le couloir nord passe au-dessus de plusieurs pays, dont les radars militaires auraient forcément repéré un appareil.

Suspendre les recherches en Inde

La Malaisie a d'ailleurs demandé à l'Inde de suspendre ses recherches dans le golfe du Bengale et près des îles Andaman et Nicobar, qui font partie du couloir septentrional. Au niveau de l'enquête, les experts, à bord d'un Boeing 777, ont reconstitué il y a quelques jours le vol MH370. Cette opération leur a permis de vérifier la route qu'a suivie l'avion, selon les données recueillies par satellite et radars, du moins lors des premières heures.

L'avion a fait demi-tour à mi-chemin entre la Malaisie et le Vietnam, traversé la péninsule malaisienne, avant de filer nord-ouest vers la mer d'Andaman, a indiqué un responsable militaire malaisien.

Indignation en Chine

Par ailleurs, la Malaisie fait l'objet de nouvelles critiques en Chine, où médias et internautes jugent «trop tardives» les annonces du gouvernement malaisien sur le détournement «délibéré» du Boeing. «Il est évident que l'annonce d'informations aussi essentielles arrive terriblement tard», après sept jours «atroces» endurés par les proches des passagers disparus, a asséné dimanche l'agence d'État Chine nouvelle dans un commentaire au ton cinglant.

«Ce délai s'explique soit par un manquement au devoir ou alors une réticence à partager des informations en temps et en heure, ce qui serait inacceptable», a-t-elle poursuivi. L'agence officielle a souligné que la Malaisie «ne pouvait esquiver sa responsabilité». «En l'absence, ou tout au moins le manque d'informations attestées, des efforts massifs ont été gaspillés», en concentrant les opérations de recherches dans une zone où l'avion ne se trouvait pas, a insisté Chine nouvelle. De leur côté, les internautes chinois ne se montraient guère plus tendres: «Un seul mot peut qualifier l'attitude du gouvernement malaisien: 'imposture'», a lancé un usager du site de microblogs Weibo. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!