Infographie: La cigarette électronique sous enquête
Actualisé

InfographieLa cigarette électronique sous enquête

La ministre française de la Santé a demandé une expertise pour évaluer les éventuels dangers du produit. Dans certains pays, son usage est déconseillé et sa vente interdite.

Le gouvernement a annoncé mardi avoir commandé une enquête sur les impacts sanitaires de l'e-cigarette et sur sa nature. Objet de grande consommation? Dispositif médical? Le flou règne alors qu'en France, des centaines de milliers de personnes tentent d'arrêter de fumer avec cet ersatz. En 2011, les autorités avaient recommandé de ne pas les utiliser, invoquant le principe de précaution. Les pharmacies n'ont officiellement pas le droit de vendre ces cigarettes, qui ne sont disponibles que dans des commerces spécialisés et sur internet.

Les craintes proviennent du fait que l'inhalation de substances liquides en combustion (propylène glycol ou glycérol, arômes et nicotine) peut conduire à des effets indésirables graves, même en faible concentration.

Selon l'OMS, qui en déconseille l'usage à but thérapeuthique, il n'existe aucune étude sur la sécurité ni sur l'efficacité de la tige sans tabac. De fait, plusieurs Etats l'ont interdite (Brésil, Australie, Argentine, par exemple) ou restreignent sa commercialisation. Les e-cigarettes contenant de la nicotine ne peuvent pas être vendues en Suisse, mais les particuliers ont le droit de les importer.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

(afp)

Ton opinion