Yemen: La coalition arabe menace d'interrompre la trêve

Actualisé

YemenLa coalition arabe menace d'interrompre la trêve

Des régions ont été le théâtre de combats, comme à Midi (nord-ouest). Des affrontements y ont fait sept morts.

Des combats sporadiques ont émaillé le deuxième jour d'un cessez-le-feu au Yémen. La coalition arabe sous commandement saoudien, qui soutient le président yéménite, a menacé d'interrompre cette trêve lundi, si les «violations» par les rebelles se poursuivent.

La capitale Sanaa, aux mains des insurgés chiites Houthis, n'a connu aucun raid aérien de la coalition arabe depuis le début de la trêve de 48 heures, initiée samedi à 10h00 suisses, selon un correspondant de l'AFP. Mais d'autres régions du Yémen ont été le théâtre de combats, comme à Midi (nord-ouest). Des affrontements y ont fait sept morts (quatre rebelles et trois soldats), selon un responsable militaire yéménite.

Le porte-parole de la coalition arabe, le général saoudien Ahmed Assiri, a également fait état de violences à Taëz (sud-ouest), troisième ville du Yémen, où «il y a encore eu des tirs (rebelles) sur la population». Au total, 18 civils ont été tués et 27 blessés dans la province de Taëz depuis le début de la trêve.

L'aviation de la coalition arabe a riposté dans la province de Marib (centre) à un tir de missiles des Houthis en prenant pour cibles plusieurs de leurs positions à Sarwah, selon un responsable militaire yéménite.

Espoir

Comme on lui demandait si la coalition avait l'intention de prolonger la trêve lundi à 10h00 suisses, le général Assiri a répondu: «S'il y a un arrêt total des violations (par les rebelles), il y aura prolongation. S'ils ne s'arrêtent pas, il y aura violation directe des conditions du cessez-le-feu».

Dans un communiqué, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a jugé que «le nouveau cessez-le-feu représentait un espoir pour (améliorer) la situation catastrophique des enfants» yéménites. Selon l'Unicef, un millier d'enfants ont trouvé la mort depuis le début du conflit et pas moins de 1,5 million d'enfants souffrent de malnutrition sévère.

Echec des tentatives précédentes

Proposé en début de semaine par le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le principe d'une nouvelle trêve avait été accepté par les rebelles mais rejeté, dans un premier temps, par le camp du président Abd Rabbo Mansour Hadi. Celui-ci avait estimé ne pas avoir été associé à son élaboration.

Mais M. Hadi a fini par accepter un cessez-le-feu à la suite de pressions internationales, selon des sources politiques yéménites, et la coalition arabe qui le soutient a annoncé l'entrée en vigueur de la trêve samedi matin. Six tentatives de trêve ont toutefois échoué jusqu'ici au Yémen.

Le conflit au Yémen a fait plus de 7000 morts et près de 37'000 blessés, selon l'ONU, depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabe pour contrer la progression des rebelles Houthis. Ces derniers occupent toujours de vastes régions du pays, dont la capitale. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion