«Nigerian Connection» en France - «La cocaïne était cachée dans le corps, les semelles ou les bagages»
Publié

«Nigerian Connection» en France«La cocaïne était cachée dans le corps, les semelles ou les bagages»

La police française a démantelé un vaste trafic de drogue dirigé par un Nigérian dans le Haut-Rhin, avec des ramifications en Suisse et en Allemagne. 57 kilos de cocaïne ont été saisis.

57 kilos de drogue et 130’000 euros ont été saisis par la police. 

57 kilos de drogue et 130’000 euros ont été saisis par la police.

Police nationale française

La Direction Zonale de la Police Judiciaire Est (DZPJ) a annoncé mercredi le démantèlement d’un trafic de cocaïne organisé par un Nigérian installé à Huningue (Haut-Rhin), qui a permis la saisie de 57 kilos de drogue et 130’000 euros, et la condamnation de quatre trafiquants.

Un «réseau nigérian»

L’enquête avait été ouverte fin 2016 sur la base d’un renseignement transmis par un agent de liaison espagnol, qui faisait état de transferts de cocaïne depuis la Colombie vers l’aéroport de Mulhouse.

Les recherches ont révélé l’existence d’un «réseau nigérian», dont le chef était installé à Huningue et disposait de «ramifications en France, en Suisse et en Allemagne».

«Du passage «in corpore» -dans son propre corps-, aux semelles et aux bagages, tous les moyens (étaient) utilisés pour faire transiter la précieuse poudre blanche», indique la DZPJ Est dans un communiqué.

Mandat d’arrêt

En mai 2019, deux hommes avaient d’abord été interpellés par la brigade de recherche et d’intervention de la DZPJ Est, lors d’une transaction portant sur «sept pains de cocaïne».

Des perquisitions avaient ensuite été menées au sein du «laboratoire de coupe» et du «lieu de stockage», situés «en plein centre-ville de Mulhouse», où 50 kilos supplémentaires de cocaïne avaient été découverts.

Le 1er juillet, le commanditaire nigérian et ses trois complices ont tous été condamnés à des peines allant de 4 à 10 ans de prison, à la confiscation d’une partie de leur patrimoine, et à l’interdiction de séjour sur le territoire français.

Le chef de réseau, qui n’était pas revenu en France à l’issue d’un séjour au Nigeria, fait l’objet d’un mandat d’arrêt.

(AFPE)

Ton opinion

18 commentaires