Suisse: La collecte de données sur l’homophobie doit être améliorée
Publié

SuisseLa collecte de données sur l’homophobie doit être améliorée

Pour le gouvernement, les enquêtes statistiques sont trop complexes à réaliser pour faire état des discriminations vécues par les LGBT et s’oriente sur une autre approche.

Différents chantiers sont en cours à l’administration fédérale pour une vue d’ensemble du phénomène.

Différents chantiers sont en cours à l’administration fédérale pour une vue d’ensemble du phénomène.

20min/Taddeo Cerletti

Les personnes LGBT vivent des «discriminations multiples», celles-ci «dépendent de leur ressenti» et les LBGT sont «un groupe hétérogène et relativement petit par rapport à la population dans son ensemble». Ce sont les trois arguments avancés par le Conseil fédéral pour expliquer pourquoi il ne veut pas mener des «enquêtes quantitatives» pour obtenir des données sur les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou au genre. 

Il avait été chargé par le Parlement de rédiger un rapport sur la thématique et a publié celui-ci, mercredi. Le gouvernement plaide à la place pour des «recherches qualitatives», c’est-à-dire plutôt basées sur des entretiens à la place de pures statistiques.

Il veut en tout cas se pencher sur la thématique. Dans son communiqué, il rappelle que le Département de l’intérieur analyse en ce moment si et comment les personnes LGBT subissent des discriminations dans l’accès aux soins. Autre chantier en cours: améliorer la collecte de données sur les crimes de haine relevant du droit pénal, subies sur la base de l’orientation sexuelle.

(comm/ywe)

Ton opinion

27 commentaires