France: La collégienne a été violée et assassinée
Actualisé

FranceLa collégienne a été violée et assassinée

La collégienne a été tuée «de façon extrêmement violente et brutale», selon les enquêteurs. Le principal suspect, un lycéen de 17 ans avait préparé son geste.

Un lycéen de 17 ans a été déféré samedi après-midi au parquet de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), qui a ouvert une information judiciaire pour viol et assassinat, avant d'être présenté à un juge d'instruction. Le jeune homme est soupçonné d'avoir violé et tué mercredi une camarade de classe de 14 ans, dont le corps calciné a été retrouvé vendredi soir, dans des bois à quelques kilomètres de l'établissement scolaire du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) qu'ils fréquentaient.

Le procureur de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Coquillat, a précisé samedi à la presse que l'adolescente avait été tuée mercredi dans des conditions «atroces», qu'il n'a pas voulu décrire. Selon lui, il y a sans doute eu préméditation: «Le jeune homme s'était muni d'un certain nombre d'objets (...) qui ont permis de commettre son crime». Son placement en détention a été requis.

Déjà connu pour une affaire de violence sexuelle

Décrit comme «très froid», ce lycéen était déjà connu pour une affaire de violence sexuelle encore non jugée dans le Gard, a par ailleurs confirmé M. Coquillat. Une information judiciaire a en effet été ouverte à Nîmes pour le viol en août 2010 d'une camarade de classe mineure. Présenté au parquet, puis écroué, l'adolescent a fait quatre mois de détention préventive, avant d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire dans l'attente d'être jugé.

Le procureur a précisé que les termes de son contrôle judiciaire l'obligeaient à être scolarisé en internat, à suivre un traitement médical et avec interdiction de se rendre dans le Gard. Il était par ailleurs suivi par un psychiatre au Puy-en-Velay (Haute-Loire) et par un psychologue dans son école.

Corps méconnaissable

Le corps méconnaissable de la victime a été découvert grâce aux indications du jeune homme interrogé par les enquêteurs. «L'élève en garde à vue a expliqué où se trouvait le corps», avait expliqué vendredi soir René Pagis, le procureur de la République du Puy-en-Velay. «Il fait des aveux partiels. Le corps est calciné, il se trouve à l'endroit désigné», une zone boisée escarpée. Le jeune homme a simplement «reconnu l'avoir bousculée», a ajouté le magistrat sans plus de détails.

Interne en troisième au collège-lycée Cévenol International, l'adolescente était partie se promener au village mercredi après-midi, mais n'était pas rentrée en début de soirée. Inquiets, la direction de l'établissement et ses parents, domiciliés en région parisienne, avaient prévenu la gendarmerie qui, en dépit d'un important dispositif de recherches, n'a pas pu retrouver le corps avant vendredi soir.

(ap)

Ton opinion