Actualisé 09.07.2020 à 21:57

Amérique latine

La Colombie a perdu près de 159’000 ha de forêts en 2019

Bien que la déforestation reste importante en Colombie, elle a diminué de 19% par rapport à 2018.

En 2019, 158’894 ha de forêt ont été détruits en Colombie contre 197’159 ha en 2018 et 219’173 ha en 2017. (archives).

En 2019, 158’894 ha de forêt ont été détruits en Colombie contre 197’159 ha en 2018 et 219’173 ha en 2017. (archives).

KEYSTONE/EPA EFE

Près de 159’000 hectares ont été déboisés en Colombie l’an dernier, selon un rapport officiel publié jeudi. Cela équivaut à la superficie d’une ville de plus de 12 millions d’habitants, comme la mégapole brésilienne de São Paulo.

Bien que la déforestation reste importante dans ce pays, elle a diminué de 19% par rapport à 2018. C’est une «bonne nouvelle», a estimé Yolanda Gonzalez, directrice de l’institut public d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (Ideam) lors de la présentation de ce rapport.

En 2019, 158’894 ha de forêt ont été détruits en Colombie contre 197’159 ha en 2018 et 219’173 ha en 2017. «Nous avons réussi à contrôler une tendance croissante de déforestation», a déclaré la vice-ministre de l’Environnement et du Développement durable, Maria Claudia Garcia, lors d’une conférence de presse virtuelle, en soulignant «une réduction de 29%» entre 2017 et 2019.

«Les résultats sont prometteurs, mais pas de triomphalisme», a-t-elle averti. Selon le rapport, 62% des forêts détruites en 2019 étaient en Amazonie, la plus vaste forêt tropicale humide de la planète qui s’étend entre neuf pays, dont le Brésil, la Colombie, le Pérou, l’Équateur et le Venezuela.

Élevage et narcotiques

Les départements colombiens les plus touchés sont le Caqueta, le Meta et le Guaviare (centre-sud), ancien fief de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui a signé la paix en 2016.

Le littoral Pacifique a également pâti d’un niveau important de déforestation, avec 14’120 ha détruits en 2019, près du double de l’année précédente, un phénomène que la vice-ministre a attribué à «une hausse de l’extraction minière illégale».

Dans le reste du pays, les principaux facteurs de déforestation sont l’extension des terres agricoles, les coupes illégales d’arbres, l’élevage et les plantations de narcotiques qui, selon l’ONU, ont atteint les 154’000 ha en 2019 dans ce pays, premier producteur mondial de cocaïne.

La Colombie, dont la biodiversité est la plus vaste de la planète après le Brésil, s’est engagée à réduire le taux de déforestation à zéro d’ici 2020, mais les experts doutent qu’elle y parvienne.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!