Libre circulation: La commission contre le racisme prend la défense des Roms

Actualisé

Libre circulationLa commission contre le racisme prend la défense des Roms

A trois semaines du scrutin sur la libre circulation des personnes, la Commission fédérale contre le racisme monte au créneau pour défendre les Roms.

Elle s'insurge «avec véhémence» contre la stigmatisation de ces populations, qu'elles soient nomades ou sédentaires.

Et la commission de rappeler que les ressortissants bulgares et roumains peuvent déjà se rendre en Suisse sans visa depuis 2004 et y séjourner pendant trois mois. Il n'y a donc pas lieu de s'attendre à un afflux de gens du voyage en provenance de ces pays. De plus, seuls environ 2% des Roms vivant en Europe de l'Est sont des nomades, a-t-elle indiqué jeudi dans un communiqué.

La commission souligne par ailleurs que la hausse du nombre des mendiants dans les villes suisses ne date pas d'aujourd'hui. Ce type de problème, sans lien avec l'ouverture du marché du travail, peut toutefois être réglé par de nouvelles dispositions ad hoc, selon elle. La Suisse a raison d'encourager les projets visant à améliorer les conditions de vie de la population rom originaire d'Europe de l'Est.

La commission a aussi profité de cette prise de position pour répéter le manque d'aires de transit et de stationnement auquel les gens du voyage sont confrontés en Suisse. L'absence de sites adéquats pousse ainsi certains groupes de nomades étrangers à s'arrêter sans autorisation sur des terrains non prévus à cet effet. Pour y rémédier, la commission suggère de créer des emplacements sur d'anciennes parcelles militaires.

(ats)

Ton opinion