Démission Hildebrand: La commission de l'économie temporise
Actualisé

Démission HildebrandLa commission de l'économie temporise

La commission de l'économie du National attend du Conseil de banque de la BNS une nouveau réglementation pour éviter de nouvelles affaires.

Avant de s'attaquer elle-même à des modifications législatives, elle attend des renseignements supplémentaires. La commission a entendu lundi après-midi Philipp Hildebrand, juste après l'annonce de sa démission, le président du conseil de banque de la BNS Hansueli Raggenbass et la présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf. M.Hildebrand a fait une impression «souveraine pour ne pas dire seigneuriale, a affirmé le président de la commission Christophe Darbellay (PDC/VS) devant la presse.

La discussion a été vive. La campagne d'une violence extrême menée contre M.Hildebrand a été dénoncée à de nombreuses reprises, d'après M.Darbellay. «Certains membres auraient voulu mener un procès contre le président de la BNS démissionnaire; mais nous ne sommes pas une commission de contrôle», a-t-il dit.

Rétablir le calme

Après ce retrait, il est important de revenir au courant normal pour faire face aux problèmes occasionnés par le franc fort, a affirmé le démocrate-chrétien.

La commission a donné mandat à l'administration fédérale d'indiquer toutes les mesures qui étaient prises pour éviter le genre de problème qui s'est posé à la BNS pour les gens qui travaillent à la FINMA et à la Bourse suisse, a indiqué M. Darbellay. Elle a également chargé la Banque nationale de faire une proposition sur une nouvelle réglementation.

Mais dans l'immédiat, il importe que la banque se remette au travail, précisant que selon les propos de Philipp Hildebrand, celle- ci «était pratiquement au point mort depuis le 23 décembre». «Il faut que le calme et la confiance reviennent dans cette institution», a ajouté le Valaisan.

Interrogé sur une éventuelle démission de Hansueli Raggenbass, le président de la commission a indiqué que ce dernier avait été élu pour un an encore. A la question de savoir si cette affaire avait pu influencer les décisions de la BNS en matière de taux de change pour le franc suisse par rapport à l'euro, M. Darbellay a indiqué que pour l'heure il n'y avait pas d'indice allant dans ce sens.

(ats)

Ton opinion