La Commission européenne appelle à restructurer les flottes de pêche
Actualisé

La Commission européenne appelle à restructurer les flottes de pêche

En plein mouvement de grogne des pêcheurs européennes, la Commission européenne a appelé jeudi les Etats membres à réduire leurs flottes de pêche, «avant qu'il ne soit trop tard».

Selon la Commission, «les difficultés du secteur résident dans l'inadéquation entre la taille de la flotte et le niveau durable des possibilités de pêche», des problèmes «sérieusement aggravés avec la flambée du prix du pétrole des dernières années». Elle a souligné que dans la plupart des ports européens, le prix du fuel a dépassé 0,7 euro le litre, «marquant ainsi une hausse de 240% depuis 2004».

Face à la situation, le commissaire européen à la Pêche Joe Borg a estimé que les 27 devaient développer «une flotte plus petite, moins énergivore et mieux adaptée aux possibilités de pêche». Il s'est prononcé contre les «fausses solutions» que seraient selon lui le relèvement des quotas de pêche et l'octroi d'aides gouvernementales à long terme.

«Augmenter les quotas, comme certains le souhaitent, serait complètement contre-productif et contribuerait à mettre les stocks de poissons en danger, dont dépendent les pêcheurs», a affirmé M. Borg. «Le fait d'accorder des aides pour compenser la hausse du prix du carburant, serait non seulement illégal, mais ne résoudrait pas le problème fondamental. Au contraire ces aides ne serviraient qu'à pérenniser les problèmes du secteur et à amplifier une éventuelle future crise».

Alors que le gouvernement français affirme avoir reçu le feu vert de Bruxelles pour son plan d'aide aux marins-pêcheurs, comportant notamment une aide sociale d'urgence de 40 millions d'euros pour compenser la hausse des prix du carburant, la Commission a souligné mercredi que «ni les aides au fonctionnement ni les aides de compensation pour le fuel ne sont une réponse appropriée, et acceptable, face aux prix élevés du gasoil, compte tenu que ces prix risquent de rester à un niveau élevé».

Pour sauver le secteur, elle a proposé plusieurs pistes jeudi, telles des aides de sauvetage à court terme «à rembourser dès que les mesures de restructuration seront mises en place», des changements de bateaux «impliquant une méthode de pêche plus économique en fuel» ou encore «l'achat d'équipement permettant de diminuer la consommation de fuel». (ap)

Ton opinion