La communauté francophone s'organise sur«SecondLife»
Actualisé

La communauté francophone s'organise sur«SecondLife»

Les noobs, nouveaux venus, bénéficient désormais des services d'un centre d'accueil francophone.

Jusqu'alors peu représentée dans le jeu en ligne multijoueurs, la communauté francophone a pris ses quartiers. Elles s'est installée au milieu d'un univers grand comme quatre fois Manhattan, sur l'une des 35 000 îles de ce monde virtuel. En quelques semaines, une poignée de bénévoles, issus pour certains de la communauté Open Source, ont créé de toutes pièces une école, un parcours initiatique destiné aux débutants et un bac à sable où chacun peut s'essayer aux joies de la construction d'objets en trois dimensions. Tous les jours, des anciens, volontaires, se relaient pour répondre aux questions d'une foule d'avatars. Parfois déchaînés, ils se montrent impatients de venir goûter à une nouvelle forme d'expression et de liberté. Certains se rêvent déjà architecte, décorateur, joaillier, styliste ou designer. Après une période d'apprentissage où l'on apprend à manipuler la palette d'outils graphiques mise à sa disposition, il ne reste ensuite plus qu'à laisser parler son imagination. Les noobs peuvent alors concrétiser des projets de toute forme, d'une simple cocotte en papier à des univers entiers. Depuis octobre dernier, quinze mille curieux embarquent chaque jour pour «Second Life». Le monde virtuel en ligne a dépassé aujourd'hui les 3 millions d'habitants, dont la moitié inscrits ces trois derniers mois.

De notre envoyé spécial Aaron Slok, dans «Second Life»

De notre envoyé spécial Aaron Slok, dans «Second Life»

Ton opinion