Etats-Unis: La communauté gay ridiculise les «Proud Boys»
Publié

Etats-UnisLa communauté gay ridiculise les «Proud Boys»

Après l'appel du président américain Donald Trump au groupe radical de droite «Proud Boys», le hashtag fait partie des plus tendances sur Twitter. Ce ne sont toutefois pas des messages de haine qui sont partagés, mais des photos d'hommes qui s’embrassent.

par
Daniel Krähenbühl
1 / 5
Capture d’écran Twitter
Capture d’écran Twitter
Capture d’écran Twitter

«Proud Boys - prenez du recul et soyez prêts». Lorsque le président américain Donald Trump a appelé la semaine dernière le groupe d'extrême droite des «Proud Boys» à se joindre à la lutte contre les gauchistes et l'antifa, ils ont applaudi. Sur les réseaux sociaux, cependant, sa déclaration a provoqué une tempête d'indignation. George Takei, acteur de «Star Trek» et défenseur des intérêts des LGBTQ, a appelé vendredi sa communauté à reprendre le hashtag #ProudBoys et à partager des photos avec des hommes qui s'embrassent ou «d'autres choses très gaies».

Même pas 48 heures plus tard, #ProudBoys est l'un des hashtags les plus partagés sur Twitter. Des hommes qui partagent leurs photos de mariage et d'anniversaire, des hommes qui s'embrassent, se tiennent dans les bras et se regardent avec amour. Le compte Twitter des forces armées canadiennes aux États-Unis partage également une photo de deux soldats s'embrassant.

Takei lui-même s’est montré étonné par le succès de son plan. «De rien, internet.», a-t-il tweeté.

Qui sont les «Proud Boys»?

Le club d'hommes d'ultra-droite a été fondé à l'approche des élections américaines de 2016 et soutient Donald Trump sans condition. Le FBI a classé les "Proud Boys" comme un "groupe extrémiste" en 2018. Le groupe se décrit comme "des chauvins occidentaux qui refusent de s'excuser d'avoir créé le monde". L'organisation des droits civils ADL classe les "Proud Boys" comme un courant non conventionnel de l'extrémisme de droite américain. Le groupe pourrait être décrit comme violent, nationaliste et islamophobe, entre autres, selon la partie ADL. Leurs dirigeants ont cependant rejeté les accusations de racisme. Il était connu que les membres utilisaient des tactiques violentes. Plusieurs membres ont été condamnés pour des crimes violents.

Ton opinion

373 commentaires