Onnens (VD): La commune avait oublié de percevoir ses impôts
Actualisé

Onnens (VD)La commune avait oublié de percevoir ses impôts

La bourse avait omis de facturer un montant d'environ 315 000 fr. aux contribuables. Le syndic, lui-même taxateur au service vaudois des impôts, assume la bourde de la bourse communale.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
La Municipalité d'Onnens (VD) vient de découvrir avec stupeur que ses citoyens n'avaient pas reçu le décompte final de l'impôt communal en 2007.

La Municipalité d'Onnens (VD) vient de découvrir avec stupeur que ses citoyens n'avaient pas reçu le décompte final de l'impôt communal en 2007.

«Il y a deux choses auxquelles on ne peut échapper: la mort et les impôts.» Cette phrase d'un élu vaudois a failli être dé­mentie à Onnens (VD). Les 300 contribuables de ce village de 500 âmes n'avaient pas reçu le décompte final de l'impôt communal 2007. C'est seulement cet été que l'Exécutif les a informés de la bourde de la bourse communale.

Le syndic, Alain Portner, assume les faits: «Nous avions facturé les acomptes sans envoyer les décomptes finaux.» Pour expliquer cet incroyable retard, il avance trois facteurs: «Des changements de fournisseur informatique et de trois fiduciaires ainsi qu'un problème aux ressources humaines.» Sur 844'000 fr. d'acomptes à encaisser, 600'000 fr. avaient déjà été payés. A ce jour, les deux tiers du reliquat, qui se monte maintenant à 315'000 fr., ont été versés. Non sans grincements de dents.

Des mécontents et des heureux

L'affaire fait fulminer les villageois mais n'est évoquée que du bout des lèvres. «L'homme chargé de nos finances est un employé du Service cantonal des impôts. Quelle pagaille!» s'insurge un habitant, qui fait partie de ceux qui doivent payer. Selon nos informations, un ancien élu fait partie des victimes de cette histoire. «Il doit payer un montant à cinq chiffres», murmure un habitant du village. Joint par «20 minutes», l'intéressé s'est refusé à tout commentaire. Mais, il n'y a pas que des mécontents. «J'ai payé trop d'acomptes et on m'a rendu de l'argent», jubile une veuve.

«Tout est maintenant à jour»

Municipal des finances lors des faits, le syndic fait profil bas et promet que pareille situation ne se reproduira plus. «Depuis 2008, nous avons transféré la perception au Canton. C'est trop lourd pour une pe­tite commune comme la nôtre. Nos finances viennent d'être auditées: tout est maintenant à jour.»

Ton opinion