Fusillade à Las Vegas: La compagne du tueur n'avait rien vu venir
Actualisé

Fusillade à Las VegasLa compagne du tueur n'avait rien vu venir

Marilou Danley décrit le tueur de Las Vegas comme «un homme gentil, attentif, tranquille» et dit n'avoir rien su de son projet de fusillade.

1 / 54
Un an après le drame, Las Vegas a rendu hommage aux 58 victimes de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire récente du pays. (Mardi 2 octobre 2018)

Un an après le drame, Las Vegas a rendu hommage aux 58 victimes de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire récente du pays. (Mardi 2 octobre 2018)

AFP
Un Américain est poursuivi pour avoir vendu illégalement de puissantes munitions au tueur de Las Vegas. (Vendredi 2 février 2018)

Un Américain est poursuivi pour avoir vendu illégalement de puissantes munitions au tueur de Las Vegas. (Vendredi 2 février 2018)

AFP
Le shérif de Las Vegas Joe Lombardo annonce dans une conférence de presse que le FBI a ouvert une enquête sur une deuxième personne qui pourrait avoir été impliquée dans le massacre de Las Vegas. (19 janvier 2018)

Le shérif de Las Vegas Joe Lombardo annonce dans une conférence de presse que le FBI a ouvert une enquête sur une deuxième personne qui pourrait avoir été impliquée dans le massacre de Las Vegas. (19 janvier 2018)

Keystone

Le sourire de Marilou Danley sur une photo publiée par la police traduit mal l'horreur dans laquelle son compagnon, Stephen Paddock, un homme «gentil» et «tranquille» selon elle, a plongé Las Vegas.

Après trois jours de suspense et des milliers de kilomètres parcourus en avion, cette «mère et grand-mère» de 62 ans n'a pas levé le mystère mercredi sur celui qui partageait sa vie et dont elle dit avoir ignoré toute tendance violente.

Cette employée de casino voyait en Stephen Paddock, 64 ans, «un homme gentil, attentif, tranquille», a-t-elle confié dans une déclaration lue dans la soirée par son avocat Matthew Lombard. «Il ne m'a jamais rien dit» qui pourrait laisser entendre «que quelque chose d'horrible allait se passer».

Mais alors qu'elle était de l'autre côté du Pacifique, Stephen Paddock a brisé dimanche soir deux vitres de sa suite au Mandalay Bay pour tirer sur les milliers de spectateurs qui assistaient en contrebas à un concert de country, faisant 58 morts et des centaines de blessés.

«Il ne m'a jamais rien dit» qui pourrait laisser entendre «que quelque chose d'horrible allait se passer», a martelé cette Philippine qui a obtenu la nationalité australienne, selon les autorités de ce pays où vit une partie de sa famille.

Arrivée à Los Angeles mardi soir, elle s'est dit «dévastée par les morts et les blessés». «En tant que mère et grand-mère mon coeur est brisé pour tous ceux qui ont perdu des proches».

Peur d'une rupture

Derrière ces mots apparaissent aussi les doutes de la sexagénaire, surgis lorsque son compagnon lui a offert, deux semaines avant la tuerie, un «billet à bas prix» pour les Philippines afin qu'elle puisse aller voir sa famille. Une fois sur place, il lui a transféré de l'argent, pour qu'elle s'achète une maison là-bas.

«Comme tous les Philippins qui vivent à l'étranger, j'étais heureuse à l'idée de rentrer chez moi, de voir ma famille et mes amis», a-t-elle témoigné, toujours via son avocat. «Reconnaissante», elle s'est pourtant demandé si «ce voyage inattendu» dans son pays natal et l'argent envoyé n'étaient pas pour son compagnon «une manière de rompre» avec elle.

Son frère Reynaldo Bustos a expliqué à la chaine ABC News lui avoir parlé après la fusillade. «Je l'ai appelée immédiatement et elle m'a dit Relax, il n'y a pas de souci à se faire. Je vais m'en occuper. Ne panique pas, j'ai ma conscience pour moi ».

A ce stade, elle n'a été ni arrêtée ni inculpée, mais la police compte sur elle pour comprendre pourquoi son compagnon, un riche comptable à la retraite, qui aimait le jeu et possédait une belle maison dans une petite ville tranquille à plus d'une heure de Las Vegas, a commis cette tuerie.

Un couple «adorable»

C'est en pariant dans les casinos que Paddock a rencontré Mme Danley il y a plusieurs années, dans un établissement de Reno, dans le Nevada.

«Ils étaient adorables. Un homme grand, une femme petite. Il l'aimait, il était fou d'elle», a raconté Eric Paddock, frère du tireur, au Washington Post.

Le couple vivait à Mesquite, à 130 kilomètres au nord-est de Las Vegas, dans une maison où la police a découvert de nombreuses armes à feu. Ils étaient très discrets et s'absentaient parfois plusieurs semaines pour aller jouer dans les casinos.

«Je suis sûre qu'elle ne sait rien, comme nous. Il l'a envoyée au loin. Elle était loin pour ne pas interférer avec ses plans», a déclaré une de ses soeurs à une chaine de télévision australienne.

Nick Suarez, porte-parole du National Bureau of Investigation (NBI), a indiqué que cette section d'élite de la police philippine essayait de déterminer quand elle était arrivée dans son pays d'origine le mois dernier.

Selon le Washington Post, Marilou Danley a été mariée à un certain Geary Danley entre 1990 et 2015, jusqu'à leur divorce. Le New York Times précise qu'ils avaient chacun des enfants de précédentes relations, et qu'elle a une fille qui vit en Californie.

A propos de Marilou Danley, Dionne Waltrip, fille de Geary Danley, a évoqué dans le New York Times «l'une des personnes les plus heureuses, extraverties et pleines de vie que je connaisse». «Tous ceux qui l'ont rencontrée l'apprécient.» (nxp/afp)

Dix minutes de carnage: chronologie de la fusillade

-22h05: Stephen Paddock ouvre le feu sur le concert. -22h12: deux policiers arrivent au 31e étage du Mandalay Bay et disent que les tirs viennent de l'étage au-dessus. -22h15: derniers coups de feu. -22h17: les deux policiers arrivent au 32e étage de l'hôtel. -22h18: un agent de sécurité dit aux policiers qu'il est blessé par balles et donne des indications aux forces de l'ordre sur la localisation de la chambre du tireur. Plus de 200 balles ont été tirées depuis sa chambre vers le couloir. -22h26-22h30: huit agents de police de plus atteignent le 32e étage de l'hôtel et commencent à aller de chambre en chambre pour voir s'il y a d'autres assaillants ou des blessés. -23h20: les agents de police utilisent des explosifs pour forcer la porte de la chambre de Paddock, une suite. Ils le trouvent à terre, la porte de la chambre est verrouillée. -23h27: la police force la seconde porte et constatent qu'il n'y a personne d'autre dans la suite.

(NewsXpress)

Ton opinion