Actualisé 04.02.2009 à 16:50

Canton de Fribourg

La concurrence entre crématoires n'est pas enterrée

La concurrence entre projets de crématoires dans le canton de Fribourg se poursuit.

Le permis de construire pour un crématoire au cimetière de St-Léonard à Fribourg n'est pas attaqué, mais le projet concurrent de Vuisternens-en-Ogoz (FR) est maintenu.

L'entreprise de construction et de vente de cercueils avait fait recours contre le projet de St-Léonard. Son recours a été rejeté à la fin de l'année dernière par la préfecture de la Sarine. L'entrepreneur Paolo Rossi a décidé de ne pas poursuivre, a-t-il indiqué mercredi à l'ATS, revenant sur une information des «Freiburger Nachrichten».

M. Rossi n'en abandonne pas pour autant son projet de crématoire à Vuisternens-en-Ogoz. Il y a déjà beaucoup investi, explique-t-il. Le terrain de près de 5000 m2 et les préparatifs du projet ont déjà coûté près d'un million. Le projet en tant que tel est devisé à près de 6 millions. Il en serait l'administrateur, en revanche il refuse en l'état de lever le voile sur l'identité des investisseurs.

Selon lui, ses chances sont bonnes: «Le premier commence, l'autre abandonne», étant entendu qu'il n'y a pas de place pour deux crématoires dans le canton. Pas moins de 1300 crémations sont demandées chaque année pour l'ensemble du canton.

Faute de crématoire sur le territoire fribourgeois, elles sont effectuées à Berne, Lausanne ou Neuchâtel. Pour qu'un crématoire couvre ses frais, il doit pouvoir en assumer au moins 900.

Privé/public

Le projet St-Léonard est une collaboration entre la ville de Fribourg et l'entreprise de pompes funèbres Murith. La ville a accordé à cette dernière pour 50 ans un droit de superficie sur un terrain de 840 m2 contre une indemnité de 7500 francs par an, indexables. Murith SA s'est engagé de son côté à construire un crématoire accessible à toutes les entreprises funéraires du canton.

Depuis une dizaine d'années, la crémation est un service toujours plus demandé. Aujourd'hui, ce sont près des 80% des défunts fribourgeois qui sont incinérés. Le canton enregistre près de 1800 décès en moyenne annuelle; la ville de Fribourg près de 300. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!