Actualisé 27.12.2006 à 11:16

La concurrence s'annonce rude après la disparition du 111

Le numéro de renseignements 111 va disparaître le 31 décembre en raison de la libéralisation du marché.

Il sera remplacé par des numéros à quatre chiffres commençant par 18. Swisscom aura affaire à une rude concurrence.

Le nouveau numéro du géant bleu, le 1811, en service depuis le mois d'avril, sera accessible depuis l'ensemble des réseaux et pourra être composé partout en Suisse à partir de n'importe quel téléphone, a indiqué mercredi Swisscom dans un communiqué. Le marché du renseignement téléphonique pèse 110 millions de francs par année.

85 ans d'existence

Créé en 1921, le numéro des renseigements nationaux ne comportait initialement que deux chiffres et était destiné aux usages les plus variés. En 1958, le numéro devient payant et se limite aux renseigements liés à l'annuaire téléphonique, avant de de se voir rajouter un chiffre dans les années 70 et de devenir le numéro de téléphone le plus connu en Suisse.

Les appels au 111 ont passablement diminué ces dernières années, notamment en raison de la concurrence d'Internet. Le service n'a fourni que 40 millions de renseignements en 2004 contre 73 millions en 1999.

Concurrence

Le principal concurrent du 1811 sera le 1818, qui cherche à devenir le numéro un sur le marché helvétique. Le 1818 est géré par «1818 Auskunft AG», société soeur de «The Number» et «Le Numéro». Ces deux entreprises sont numéro un en Angleterre et en France. Elles appartiennent au groupe américain InfoNXX, le numéro un mondial des renseignements téléphoniques.

Jusqu'à présent, quinze numéros ont été attribués à des opérateurs par l'Office fédéral de la communication (OFCOM). Ces numéros ne sont actuellement pas tous opérationnels, tandis que d'autres renvoient automatiquement l'appel vers un autre numéro, comme le 1899 de Sunrise et le 1850 d'Orange qui sont déviés vers le 1818.

Consolidation

L'OFCOM pose les conditions suivantes pour attribuer un numéro: proposer un service 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et en trois langues (français, allemand et italien), assurer au moins trois millions d'appels par année, être opérationnel moins d'un an après l'attribution du numéro et publier ses tarifs.

Si les spécialistes s'accordent à dire qu'il n'y a pas de place pour tout le monde, une consolidation est toutefois attendue. La situation devrait se clarifier d'ici deux ans , estime l'OFCOM. En effet, si un opérateur reçoit moins de trois millions d'appels par année pendant deux ans, son numéro sera supprimé. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!