Syrie: La conférence de Sotchi s'ouvre dans le chaos
Actualisé

SyrieLa conférence de Sotchi s'ouvre dans le chaos

Le ministre des Affaires étrangères russes Sergueï Lavrov a été interrompu dans son discours par des délégués reprochant à Moscou de «tuer des civils» en Syrie.

1 / 150
Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Keystone
L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

Keystone
Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Keystone

La conférence de paix sur la Syrie organisée par la Russie mardi à Sotchi a été marquée par la discorde et la confusion. Certains délégués de l'opposition ont décidé de rentrer en Turquie et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est fait bruyamment chahuter.

A l'ouverture de ce «congrès du dialogue national», M. Lavrov a été interrompu par les cris hostiles de certains délégués reprochant à Moscou, alliée du régime de Bachar al Assad, de «tuer des civils» en Syrie. La scène a été diffusée en direct à la télévision russe.

Violents désaccords

Le ministre russe des affaires étrangères lisait un message du président Vladimir Poutine selon lequel les conditions étaient enfin réunies pour «tourner une page tragique» de l'histoire de la Syrie.

D'autres délégués se sont aussitôt manifestés pour apporter leur soutien à M. Lavrov. Ce dernier leur a demandé à tous de le laisser terminer, ajoutant qu'ils auraient l'occasion de s'exprimer plus tard. Plus tard, la séance plénière a dû être suspendue en raison de violents désaccords sur le choix du président de cette conférence.

Nouvelle Constitution

Le but de cette réunion dans la station balnéaire des bords de la mer Noire est de lancer des négociations sur l'élaboration d'une nouvelle Constitution après quasiment sept ans de guerre civile.

Mais l'événement est boycotté par le Comité des négociations (CNS) de l'opposition syrienne et les Kurdes de Syrie. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ne sont en outre pas représentés pour protester contre ce qu'ils considèrent comme le refus de Damas de s'engager sincèrement dans des négociations.

Conférence écourtée

Les pays occidentaux soutiennent les efforts de paix menés sous l'égide des Nations unies, dont la dernière session en date s'est tenue la semaine dernière à Vienne.

La durée de la conférence, initialement fixée à deux jours, a été finalement ramenée à une journée. La plupart des délégués avec lesquels Reuters a pu discuter venaient de Damas et ne s'opposaient pas à M. Assad.

«Nous retournons en Turquie»

Un groupe d'opposants venus de Turquie, dont des membres de l'opposition armée, a refusé de quitter l'aéroport de Sotchi tant que les emblèmes du gouvernement syrien n'auraient pas été retirés.

Le chef de ce groupe, Ahmed Tomah, a ensuite déclaré dans une vidéo enregistrée à l'aéroport qu'ils allaient regagner la Turquie et que leurs demandes seraient présentées à la conférence par la délégation turque. Il a protesté contre la poursuite des «bombardements féroces» menés par l'aviation russe, qui tuent des civils dans son pays.

Lavrov téléphone à son homologue turc

Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères, Artiom Kojine, a évoqué «des problèmes avec un groupe de l'opposition armée (syrienne) venu de Turquie, et qui a posé de nouvelles conditions à sa participation».

Sergueï Lavrov a parlé deux fois au téléphone avec son homologue turc Mevlüt Cavusoglu, qui lui a assuré que ce problème serait réglé, a ajouté M. Kojine. Selon le journaliste Mohamed Adnan, membre de l'opposition basé en Turquie, environ 70 personnes se trouvaient à l'aéroport et attendaient un avion pour repartir à Ankara. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion