La consommation d'alcool fort fait un tabac en Suisse
Actualisé

La consommation d'alcool fort fait un tabac en Suisse

BERNE – Les Suisses ont davantage levé le coude en 2006. Les importations cartonnent.

Après deux années de baisse, la consommation d'alcools forts en Suisse est repartie à la hausse. Elle est passée l'an dernier de 3,8 à 3,9 litres par habitant, selon les chiffres publiés hier par la Régie fédérale des alcools. Les importations prennent toujours plus de place. La consommation de spiritueux s'est maintenue à un niveau élevé au cours des dernières années.

Par habitant, après avoir reculé de 4 à 3,9 litres en 2004 et à 3,8 litres l'année suivante, elle est ainsi remontée de 0,1 litre l'an dernier. Au total, 117 000 hectolitres à 100% d'alcool ont été bus, soit une hausse de 1,75%. La quantité totale de boissons alcoolisées ingurgitée s'est également accrue, passant de 8,5 litres d'alcool pur en 2005 à 8,6 litres l'an dernier. La hausse de l'absorbtion de bière a compensé la diminution dans le vin et le cidre. La prédominance des spiritueux étrangers s'est encore accrue en 2006: la part des importations représente près de 83% contre 75% environ en 2005. A elle seule, la quantité de whisky importée dépasse le volume total de spiritueux produits en Suisse.

La production indigène totale d'eau-de-vie de fruits à pépins et de spécialités n'a atteint que 16 000 hectolitres d'alcool pur, contre 22 700 en 2005, un niveau bien inférieur à la moyenne des dernières années. La production d'eaux-de-vie de pruneaux ou de prune a par exemple été réduite de moitié en un an.

(ap)

Ton opinion