Rapport: La consommation de drogue révélée par les égouts

Actualisé

RapportLa consommation de drogue révélée par les égouts

Des scientifiques européens veulent affiner les données sur la consommation de drogues en analysant les résidus de substances psychotropes dans les eaux usées.

Un rapport de l'agence sur les drogues de l'UE (OEDT) fait le point sur cette méthode.

Les données relatives à l'utilisation de drogues sont aujourd'hui très incomplètes, en raison du caractère illicite et secret de cette consommation. Les informations disponibles, qui proviennent des statistiques policières ou médicales, n'offrent aux responsables politiques qu'un tableau très partiel de la situation.

L'analyse des eaux usées offre dans ce contexte des perspectives intéressantes, selon l'OEDT: «L'échantillonnage des eaux usées a le potentiel d'offrir ce qui peut être vu comme un index de la consommation de drogues».

Cette méthode serait, selon les auteurs, «la plus appropriée» pour mettre au point des politiques sanitaires et des mesures judiciaires adéquates. Elle n'en est toutefois qu'aux balbutiements.

Pic de cocaïne le samedi

Le rapport de l'OEDT présente de manière très détaillée les différents écueils à surmonter avant d'obtenir des données fiables. Il s'agira notamment pour les chercheurs de mieux connaître les flux d'urine, principaux vecteurs des résidus de drogues, ainsi que la manière dont ils transitent à travers les canalisations.

Les données obtenues jusqu'à présent ne fournissent que des informations très générales. Une étude des résidus de cocaïne dans les égouts de Milan montre par exemple que la consommation augmente à partir du jeudi avant de culminer le samedi. Pour les auteurs, cette approche prometteuse devrait être soutenue par les pouvoirs publics. (ats)

Ton opinion