Tensions: La Corée du Nord «aboie, mais ne mord pas»
Actualisé

TensionsLa Corée du Nord «aboie, mais ne mord pas»

Un expert estime que la Corée du Nord est moins dangereuse qu'il n'y paraît.

La Corée du Nord est incapable de mettre à exécution la plupart de ses récentes menaces contre la Corée du Sud et les Etats-Unis, a estimé jeudi à Vienne Siegfried Hecker, expert nucléaire américain. Pyongyang «aboie, mais ne mord pas», affirme ce spécialiste.

Ce dernier a visité dans le passé à plusieurs reprises des installations nucléaires nord-coréennes, notamment en 2010. Les Nord-Coréens «ne peuvent pas mettre à exécution la plupart de leurs menaces», a-t-il expliqué, s'exprimant à l'occasion d'une visite au Centre pour le désarmement et la non-prolifération (CVDNP) dans la capitale autrichienne.

Il a relativisé la portée de l'annonce de la Corée du Nord sur sa volonté de faire redémarrer son réacteur nucléaire de la centrale de Yongbyon. Celle-ci a été fermée en 2007 dans le cadre d'un accord international soutenu par les Etats-Unis.

La Corée du Nord ne dispose «pas de beaucoup» de plutonium, entre 24 et 42 kilogrammes, mais de suffisamment pour quatre à huit ogives nucléaires.

Uranium ou plutonium

D'après lui, il faudra six mois pour que la centrale de Yongbyon soit de nouveau opérationnelle. Selon lui, il faudra environ trois ans avant que la centrale ne puisse produire du plutonium, une des matières fissiles qui peuvent être utilisées dans une bombe nucléaire, tout comme l'uranium hautement enrichi.

Il n'est pas encore été établi si la Corée du Nord a utilisé de l'uranium pour son troisième essai nucléaire le 12 février ou du plutonium comme pour ses deux premiers tests en 2006 et 2009. Depuis le dernier essai nucléaire nord-coréen et de nouvelles sanctions de l'ONU à l'encontre de Pyongyang, la tension est remontée en flèche dans la péninsule coréenne.

«Situation sérieuse»

«Un rapide calcul de base fait apparaître que vous pouvez produire environ 40 kilogrammes d'uranium hautement enrichi par an, ce qui correspond à une ou deux bombes», a précisé le spécialiste. La Corée du Nord a laissé entendre qu'elle pourrait reprendre l'enrichissement d'uranium à des fins militaires.

Pyongyang ne devrait pas pouvoir être en possession d'une arme nucléaire pour atteindre les Etats-Unis avant «au minimum cinq ans», a estimé Siegfried Hecker. «Mais c'est quand même inquiétant. La situation est sérieuse», a-t-il expliqué, précisant que la Corée du Nord pourrait réaliser un autre essai nucléaire «dans les prochaines semaines, voire mois». (ats/afp)

Ton opinion