Actualisé 14.06.2018 à 06:57

LausanneLa «Coupe du monde de la honte» visée par une manif

Plusieurs associations et partis politiques manifesteront près de la fanzone à Ouchy au soir du coup d'envoi de la compétition en Russie. Des antispécistes seront aussi de la partie.

de
Yannick Weber
dr

A l'initiative du parti SolidaritéS, un rassemblement de protestation est organisé jeudi à 18h sur la Place de la Navigation, pendant le premier match de la Coupe du monde en Russie. Les manifestants souhaitent dénoncer des violations des droits humains dans le pays hôte, ainsi que certains points noirs entourant l'organisation du tournoi.

«Le rassemblement adressera plusieurs thématiques: autant la FIFA, qui a son siège à Zurich, que l'homophobie en Russie et la guerre en Ukraine», explique Jorge Lemos, de SolidaritéS, tout en comparant ces mouvements de contestation à ceux qui s'étaient produits lors de la Coupe du monde au Brésil ou lors des Jeux olympiques organisés en 1936 à Berlin, en période nazie. Mais il assure que la compétition sportive n'est pas ciblée en soi. «Je suis un grand fan de foot, comme tout bon Portugais», ajoute-t-il.

Mêmes inquiétudes du côté des jeunes socialistes, également participants. «Nous dénonçons certaines conditions de travail révoltantes entourant l'organisation de l'événement. On rêverait d'une Coupe du monde plus éthique», estime Audrey Petoud, porte-parole des jeunes socialistes vaudois.

Antispécistes mobilisés

Invité plus surprenant au rassemblement: l'association antispéciste Pour l'Egalité Animale (PEA). Et ce n'est ni pour dénoncer la vente de saucisses, ni le cuir des ballons. «Il existe un nettoyage inadmissible dans les villes. Des dizaines, peut-être même des centaines de milliers de chiens et chats errants sont fusillés, empoisonnés ou abandonnés dans des décharges», déclare Pia Shazar, présidente de PEA.

Un article paru dans «Courrier International» faisait état d'une campagne organisée d'élimination des animaux errants pour donner une image propre pour les visiteurs attendus. «De plus, des sommes faramineuses sont utilisées pour cette campagne alors qu'elles pourraient être allouées à la création de refuges ou pour des solutions alternatives. C'est notre travail, en tant qu'association antispéciste, de dénoncer ces agissements», poursuit Pia Shazar.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!