La Coupole entre safari et fantômes des eighties
Actualisé

La Coupole entre safari et fantômes des eighties

BIENNE – Bangladesh Safari a accueilli une ribambelle d'étranges DJ grimés en animaux, dont Poni Hoax, terrible chimère parisienne et vraie machine à danser.

Cette ménagerie a évolué dans une salle de la Coupole totalement transfigurée pour l'occasion. Une énorme fresque représentant une jungle luxuriante et tout un décor vétuste ont donné l'impression de participer au tournage du prochain «Indiana Jones». Le concept? Dix-neuf DJ déguisés en animaux ont tous mixé pendant trente minutes dans le registre de leur choix. Le tout entrecoupé par la prestation live du quintet parisien Poni Hoax. Signé sur le très branché label Tigersushi, le groupe est sans doute celui qui a le mieux réussi à faire la synthèse de ce que les années 1980 ont compté de meilleur. De plus, le très talentueux Joakim, patron du label et très sérieux candidat pour l'album de l'année avec son magnifique «Monsters & Silly Songs», officiait derrière la batterie. Emmené par un chanteur habité, le groupe a offert une sorte de new-wave/post-punk tendue et dansante entrecoupée de riffs garage et de parties plus electro. Le groupe a rapidement fait l'unanimité sur le dancefloor en interprétant des titres forts comme «Budapest» ou «She's On The Radio». On peut juste déplorer l'absence d'un ou de deux titres de Joakim dans la set-list. Hormis cela, le groupe aura réussi à faire planer les fantômes de Joy Division et Talking Heads au-dessus de la Couple pendant plus d'une heure.

Jérôme Burgener

Ton opinion