Chômage à Genève: La Cour des comptes épingle la réinsertion
Actualisé

Chômage à GenèveLa Cour des comptes épingle la réinsertion

A Genève, la Cour des comptes tire un bilan mitigé de la prise en charge des chômeurs en fin de droit, après avoir passé en revue les trajectoires des 22'600 personnes dans cette situation entre 2007 et 2012.

L'instance pointe du doigt les informations lacunaires sur l'aide à la réinsertion et critique les stages d'évaluation à l'emploi. Les résultats de cette étude sont contrastés, annonce d'emblée mardi devant la presse Isabelle Terrier, présidente de la Cour des comptes. Il y a d'abord du positif avec une légère hausse des retours en emploi qui passe de 27% en 2007 à 31% en 2012.

Il s'agit de l'objectif principal de la politique cantonale de réinsertion des chômeurs en fin de droit qui a été profondément remaniée entre 2008 et 2012. Mais cet élément positif n'est pas mis au bénéfice de la palette de mesures en place. Il est lié au profil des personnes qui arrivent en fin de droits: des personnes plus jeunes, mieux formées et mieux rémunérées avant d'être au chômage.

Autre bon point: les réinscriptions au chômage ont nettement diminué. Quinze mois après leur arrivée en fin de droits, seuls 4% des chômeurs ont rouvert des droits à l'assurance chômage entre avril 2010 et janvier 2012. Ils étaient 25% en 2007. Cette diminution spectaculaire s'explique par la suppression des emplois temporaires cantonaux (ETC) en 2008 qui permettaient de se réinscrire au chômage après un an d'ETC.

«Le travail de longue haleine» sur les trajectoires des chômeurs en fin de droits montre aussi le revers de la médaille. Il y a eu une baisse importante de la prise en charge qui découle d'une diminution de l'offre. En 2007, un chômeur en fin de droits sur deux bénéficiait des mesures disponibles alors que cette proportion baisse à 15% en 2011 et stagne depuis. (ats)

Ton opinion