Actualisé

La course au globe de cristal est serrée chez les filles

Le suspense redouble dans la quête au grand globe de cristal.

A la faveur de l'étape de Tarvisio, Renate Götschl (2e samedi en descente, 1re dimanche en super-G) et Julia Mancuso (1re et 3e) ont repris les commandes du classement général de la Coupe du monde.

A six épreuves du terme de la saison, l'Autrichienne et l'Américaine se retrouvent ex aequo avec 1199 points. De leur côté, les techniciennes Nicole Hosp et Marlies Schild ont fait mieux que limiter la casse en Italie. Deuxième du super-G, Hosp ne pointe qu'à 16 points du duo Götschl-Mancuso. Quant à Schild, elle affiche un déficit de 29 unités.

Le week-end prochain, les rôles seront inversés pour le géant et le slalom de Zwiesel. C'est à Schild et Hosp qu'il incombera de repasser devant au général avant les finales de Lenzerheide (11-18 mars). Autant dire que tout pronostic s'avère bien hasardeux...

Götschl comme Klammer

Même si elle laisse filer ce sacre, Renate Götschl pourra se consoler avec le petit globe de descente glané samedi, et qui est venu s'ajouter à celui du super-G empoché quelques jours plus tôt. «Gagner un titre cette saison était mon objectif. Mais en remporter deux, c'est incroyable !» s'est exclamée la Styrienne. «Jamais je n'aurais imaginé que cette saison serait l'une des meilleures de ma carrière.»

A 31 ans, le palmarès de la skieuse d'Obdach prend aussi des allures renversantes: 45 victoires et 101 podiums en Coupe du monde, 17 bouquets en super-G (record absolu) ou encore cinq globes de descente (soit autant que Franz Klammer). Encore dix succès et elle rejoindrait Vreni Schneider au 2e rang des skieuses les plus prolifiques de l'histoire. «Vreni ne doit pas avoir peur. Pour la battre, je devrais encore skier au moins cinq ans», a plaisanté Götschl.

Grosse frayeur pour Wolf

En cet hiver finissant, l'équipe de Suisse a bien d'autres soucis. Après Dominique Gisin, c'est Tamara Wolf, l'autre étoile montante du ski helvétique, qui a terminé samedi sa saison sur un lit d'hôpital. A plus de 100 km/h, la Grisonne de 21 ans a été déséquilibrée par une «vaguelette» et s'est écrasée violemment dans les filets de sécurité. Après avoir brièvement perdu connaissance, la malheureuse a été évacuée par hélicoptère puis transportée à l'hôpital d'Udine.

En regard de sa chute, elle s'en sort plutôt bien avec une «simple» commotion cérébrale et une rupture du ligament latéral interne du genou droit. «Nous lui avons fait passer un scanner qui n'a rien révélé de grave», a expliqué le médecin de l'équipe Olivier Siegrist. La championne du monde junior de descente en 2003 a été rapatriée dimanche à Zurich.

«Elle a eu de la chance et s'en sort avec une blessure légère comparée à la gravité de sa chute. Je n'ai pas vu l'accident mais les messages radios étaient inquiétants», a commenté son entraîneur Hugues Ansermoz. «Elle souhaite même revenir dans quatre semaines dans l'équipe, ce que je lui ai fortement déconseillée», a ajouté le coach vaudois.

Débandade

Sur un plan sportif, Nadia Styger a vaguement sauvé les apparences en se classant sixième de la descente. Le super-G a lui tourné à la débandade générale avec Fabienne Suter comme meilleure représentante nationale au 23e rang. Il faut remonter à Cortina en janvier 2005 pour assister à une telle déroute dans la discipline (Styger 28e et meilleure Suissesse).

«Il est vrai que la chute de Tamara a brisé la dynamique du groupe et hanté les esprits. Je m'attendais néanmoins à une toute autre réaction des filles», a regretté Hugues Ansermoz. Un état d'esprit confirmé par Fabienne Suter: «avant le départ, j'ai beaucoup pensé aux accidents de Dominique et Tamara. Je n'ai pris aucun risque.»

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!