Actualisé 03.08.2011 à 14:08

Angleterre

La cravate pour distinguer les bons élèves

Une école de Londres distingue l'aptitude des élèves en leur faisant porter des cravates aux couleurs différentes. Non sans provoquer quelques frictions.

de
man
La cravate violette distingue les meilleurs élèves. (guardian.co.uk)

La cravate violette distingue les meilleurs élèves. (guardian.co.uk)

Violet pour les plus doués, bleu et rouge pour les autres. La couleur de la cravate prend tout son sens dans un nouvel établissement scolaire londonien. C'est de cette manière que les élèves sont différenciés au Crown Woods College de Greenwich, au sud de la capitale britannique. Suivant leurs aptitudes scolaires, les 1800 élèves que compte l'école sont placés dans trois bâtiments assortis à la couleur de leurs cravates: dès l'âge de 11 ans, au sortir de l'école primaire, les meilleurs arborent une cravate violette et sont placés au Delamere. Les autres vont soit au Ashwood, soit au Sherwood. De plus, ils jouent dans des espaces séparés et prennent leurs pauses repas à des horaires distincts.

«L'enseignement mixte des écoles publiques a manifestement montré son échec. Notre modèle permet à tous les élèves de travailler à leur propre niveau et d'obtenir l'appui dont ils ont besoin», a déclaré au «Guardian» Michael Murphy, le directeur de l'établissement, fier de la mise en place de cette classification. Il s'agit selon lui de la seule manière de survivre dans un système d'éducation axé sur les résultats et le marché du travail. Autre avantage selon le directeur, l'école jouit d'un meilleur équilibre des classes sociales et des aptitudes scolaires.

Des avis partagés

Et les élèves ne semblent pas s'en plaindre. Certains apprécient le modèle de mini-écoles. Cela leur donne une impression de sécurité, plus que d'être lâchés dans une aire de jeu avec des milliers d'étudiants dont ils ne connaissent même pas le nom. Mais les avis ne sont pas tous positifs. Une fille de 15 ans, qui fréquente le bâtiment de Sherwood, raconte que ses camarades à la cravate violette regardent avec mépris les élèves de niveau inférieur. Des violences ont même éclaté entre élèves de bâtiments différents, notamment lorsque les élèves ont appris dans quel établissement ils allaient être placés.

Kevin Courtney, vice-secrétaire de l'Union nationale des enseignants a condamné cette pratique de ségrégation. «C'est un système rétrograde, qui stimule peut-être la compétition mais qui n'améliore pas l'enseignement». Il compare ce procédé avec la fameuse expérience américaine menée dans les années 60, dans laquelle on faisait croire aux enfants aux yeux bleus qu'ils étaient meilleurs que ceux aux yeux marrons. Se sentant supérieurs, les élèves ont commencé alors à les dénigrer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!