05.10.2020 à 12:51

LausanneLa crise du coronavirus plombe le budget

Contrairement à certaines grandes villes qui lancent des programmes d’économies, Lausanne a décidé de privilégier «une logique anticyclique».

Grégoire Junod, syndic de Lausanne, veut mettre l’accent dans des domaines qui «font sens», comme la formation, l’emploi, l’environnement, la culture et le commerce local.

Grégoire Junod, syndic de Lausanne, veut mettre l’accent dans des domaines qui «font sens», comme la formation, l’emploi, l’environnement, la culture et le commerce local.

KEYSTONE

Le budget 2021 de la ville de Lausanne plonge dans le rouge en raison de la pandémie de coronavirus. Il présente un déficit de 74,6 millions de francs, dont plus de la moitié est imputable à la crise sanitaire.

«Ce budget est marqué par une crise dont l’impact est estimé à 43 millions de francs», a expliqué lundi le syndic Grégoire Junod. Hors effet Covid, le budget aurait présenté un déficit de 31,8 millions, en amélioration de 16 millions par rapport au budget 2020.

Politique de relance

Contrairement à certaines grandes villes qui lancent des programmes d’économies, Lausanne a décidé de privilégier «une logique anticyclique», a relevé la municipale des finances, Florence Germond. Une «politique de relance ciblée» qui devrait s’avérer «profitable» pour les finances communales à moyen et long terme.

La ville va distribuer à la population des bons pour soutenir le commerce local et entend prolonger la gratuité des terrasses. Elle prendra en charge le déficit supplémentaire des transports publics et va poursuivre ses rénovations scolaires. Elle met l’accent dans des domaines qui «font sens», comme la formation, l’emploi, l’environnement, la culture et le commerce local, a déclaré M. Junod.

Incertitudes

L’incertitude demeure sur les impacts et la durée de la crise, ce qui rend difficiles les prévisions. La ville estime que l’impact du Covid-19 devrait entraîner une diminution de 23,3 millions de ses recettes fiscales, dont 2 millions en raison de l’impôt sur les divertissements habituellement perçu sur les spectacles.

Globalement les revenus sont stables à 1,77 milliard de francs (+0,8%) pour 1,84 milliard de charges. La ville maintient des investissements à hauteur de 176,6 millions de francs (réseaux, bâtiments scolaires et projet Métamorphose notamment). L’insuffisance d’autofinancement s’établit à 132,7 millions de francs, faisant grimper la dette nette à 2,17 milliards.

Petite enfance

L’exécutif poursuit ses investissements prioritaires dans des domaines comme la police (+ 11,3 équivalents plein-temps, EPT) et la petite enfance (44 places de garderie au Vortex et 228 places en parascolaire). Les effectifs globaux grimpent de 55,9 EPT, dont 20 liés à la régularisation de contrats d’auxiliaires.

Le plan d’économies (PSAF II) lancé en début de législature a été tenu, s’est félicitée la municipalité. Il prévoyait 35 millions d’améliorations pérennes en 2021. Sans ce paquet de mesures structurelles, le déficit 2021 s’élèverait à près de 110 millions.

Depuis une dizaine d’années, le budget lausannois est régulièrement déficitaire. Les comptes, eux, étaient globalement équilibrés de 2013 à 2016 avant de revenir dans le rouge (28 millions de déficit en 2018, 11,2 millions en 2019). Le Covid va péjorer les comptes 2020, a d’ores et déjà averti la ville.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
11 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Stop PS

05.10.2020 à 16:31

Nos chère élus Lausannois ce soucis guère de ce gouffre budgétaire, ils elles continue leurs bon repas à la villa mon repos ou les restaurants Lausannois payer par les contribuables, ils elles finiront par récupérer l'argent par le biais et comme toujours grâce aux contribuables.

Gédéon

05.10.2020 à 14:55

Malgré un déficit abyssal, les élus continuent de dilapider à qui mieux mieux l'argent des contribuables Lausannois, et ceci même sans le Covid19, faut le faire...Pire cette municipalité finance encore l'aide aux sans-papiers, veut absolument faire venir des réfugiés de Lesbos, alors que Lausanne croule sous les migrants qu'elle a généreusement financer avec l'argent public ! Que dire aussi, quand celle-là scolarise des enfants roms, sans se soucier de ses concitoyens...

Zigouille

05.10.2020 à 14:45

Ce qui est sûr c’est que son salaire et des autres municipaux ne risquent pas d’être plombés !