Affaire Kadhafi: La crise est «bientôt résolue»
Actualisé

Affaire KadhafiLa crise est «bientôt résolue»

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a déclaré vendredi que «l'on va pouvoir tirer un trait sur la crise entre la Suisse et la Libye dans les prochaines heures ou les prochains jours».

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero

Le chef du gouvernement espagnol a souhaité que le ressortissant suisse retenu en Libye puisse retourner dans son pays «dès que possible».

«J'espère que nous pourrons conclure un accord dans les prochaines heures ou jours», a-t-il dit. «Je pense que nous sommes proches d'une solution».

Le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos se rendra en Libye samedi pour tenter de mettre un terme au contentieux entre Tripoli et la Suisse, a annoncé vendredi José Luis Rodriguez Zapatero à l'issue d'un sommet des dirigeants européens à Bruxelles. M. Moratinos «se rendra en Libye demain, samedi», a dit M. Zapatero dont le pays préside actuellement l'Union européenne.

Berne et Tripoli sont en froid depuis l'arrestation musclée à Genève en juillet 2008 d'un des fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, Hannibal, sur plainte de deux domestiques pour mauvais traitements.

En guise de rétorsion, les autorités libyennes avaient, entre autres, arrêté et assigné à résidence deux hommes d'affaires helvétiques à Tripoli. Après des mois de négociations infructueuses pour obtenir leur retour, Berne a décidé à l'automne de restreindre pour l'élite libyenne l'attribution de visas permettant d'accéder aux 25 pays de l'espace Schengen.

Tripoli avait répliqué en février en annonçant à son tour des restrictions de visas à l'encontre des ressortissants des pays de Schengen, provoquant la colère de plusieurs capitales et finalement une médiation de Bruxelles.

Un des deux Suisses retenus en Libye a pu rejoindre la Confédération, mais le deuxième, Max Göldi, représentant de la filiale du groupe d'ingénierie ABB en Libye, est toujours emprisonné à Tripoli.

La Suisse a annoncé mercredi qu'elle était prête à renoncer aux restrictions de visas Schengen imposées à certains Libyens.

«Nous espérons que les autorités libyennes vont également mettre fin immédiatement aux restrictions» pour l'entrée des Européens en Libye, a dit M. Zapatero. (ats)

Ton opinion