Argentine - La crise favorise le marché des cryptomonnaies
Publié

ArgentineLa crise favorise le marché des cryptomonnaies

Le marché des cryptomonnaies se développe à grande vitesse en Argentine, sous l’effet conjugué de la rareté des dollars et de la forte inflation.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Le marché des cryptomonnaies, encore limité, se développe à grande vitesse en Argentine, sous l’effet conjugué de la rareté des dollars et de la forte inflation, qui rendent l’épargne quasiment impossible dans ce pays sud-américain en crise. «Le nombre d’utilisateurs pour investir dans les cryptos a été multiplié par dix en Argentine depuis 2020», indique à l’AFP Maximiliano Hinz, directeur pour l’Amérique latine de Binance.

Cette plateforme d’échange d’actifs numériques compte plus de 15 millions d’utilisateurs dans 180 pays et le volume des transactions quotidiennes dépasse 20 milliards de dollars. En Argentine, où l’inflation a atteint une moyenne de 45% au cours des trois dernières années, les experts du secteur estiment que 2 millions de comptes en cryptomonnaies ont été ouverts, même s’il n’existe pour l’heure aucun chiffre officiel.

Une frénésie d’investissement qui contraste avec la capacité d’épargne limitée d’une grande partie des Argentins: 42% des 45 millions d’habitants sont pauvres dans un pays en récession économique depuis 2018. Mais il n’est plus rare désormais de voir des sites d’annonces «peer-to-peer» où l’on peut acheter et vendre jusqu’à des vêtements d’occasion avec du bitcoin, du theter, de l’ether ou du DAI, les monnaies virtuelles les plus populaires.

«Il fallait être un nerd»

Le géant du commerce en ligne en Amérique latine, Mercado libre, dont le siège est à Buenos Aires, vient quant à lui d’annoncer la possibilité de vendre désormais ses biens immobiliers en bitcoins. Une décision qui «répond à une forte demande», selon l’entreprise, alors que le marché immobilier, historiquement effectué en dollars en Argentine, tourne au ralenti en raison du manque de billets verts.

«Il y a encore quelques années, il fallait être un nerd pour opérer, mais les plateformes ont évolué en créant des ponts avec le public sans éducation financière», constate Sebastian Valdecantos, économiste et fondateur en 2017 de Moneda Par, une monnaie numérique solidaire qui circule sur des marchés dans huit villes argentines. Or les difficultés économiques ont fait émerger des «crypto-investisseurs» de tous types, selon les experts.

«J’ai des clients d’un certain âge qui avaient peur de faire un placement à échéance fixe à la banque et qui pourtant achètent des cryptomonnaies sans crainte du risque», explique à l’AFP Marcos Zocaro, spécialiste des actifs numériques. D’autant que les plateformes ont largement simplifié l’achat et la vente de ces monnaies virtuelles, avec des investissements pouvant débuter à 1 peso argentin (0,01 euro).

Appartement pour 2 bitcoins

Du reste, les sommes investies en bitcoins par les Argentins restent minimes, en raison du gouffre entre le peso et cette cryptomonnaie cotée à environ 63’000 dollars. Un appartement dans le centre-ville de Buenos Aires peut par exemple être proposé à la vente pour 2 bitcoins. Ces investisseurs se caractérisent également par «l’aversion au risque, bien que cela puisse paraître contradictoire dans cet écosystème hautement volatil», explique à l’AFP Emiliano Limia, porte-parole de Buenbit, une entreprise locale de technologie financière.

Loin de la furie mondiale autour du bitcoin, dont le prix est une montagne russe, les Argentins préfèrent des cryptomonnaies plus stables liées à un panier d’actifs comprenant le dollar, qui minimise la volatilité. Car les Argentins ont l’habitude de «dollariser» leur épargne pour se protéger de l’inflation chronique. Or les cryptomonnaies ont l’avantage de leur permettre d’échapper aux restrictions de change mises en place en 2019 qui limitent les achats mensuels par personne à 200 dollars, et aux faibles taux d’intérêt par rapport à l’inflation.

Selon Marcos Zocaro, «ce n’est pas une coïncidence si l’Argentine et le Venezuela, pays à l’inflation vertigineuse, sont les principaux pôles de cryptomonnaie en Amérique du sud». Selon Emiliano Limia, il y a aussi des raisons à l’échelle mondiale: «Depuis le début de la pandémie, les plans de relance promus dans tous les pays ont dévalué les monnaies face à des biens rares comme le bitcoin, dont l’émission limitée en fait de l’or numérique».

(AFP)

Ton opinion