Suisse: La crise foudroie l'industrie de l'aluminium
Actualisé

SuisseLa crise foudroie l'industrie de l'aluminium

En proie à la récession, l'industrie suisse de l'aluminium subit aussi de plein fouet la chute des prix de ce métal depuis le milieu de l'an passé.

La production de pièces coulées sous pression, qui fournit principalement l'industrie automobile, est la plus touchée.

Chômage partiel

Au 1er trimestre 2009, ce secteur a affiché un plongeon de 40%, a précisé lundi à Zurich Markus Tavernier, le président de l'Association suisse de l'aluminium. Le tonnage traité par fonte de métaux légers a atteint 3700 tonnes, contre 6100 tonnes un an plus tôt. De nombreuses entreprises ont dû recourir au chômage partiel et à l'arrêt provisoire d'unités de production.

Dans les secteurs de l'industrie des machines et de l'électrotechnique, la branche a accusé au cours des six derniers mois des reculs allant jusqu'à 30%. Sans parler de la branche des machines textiles, qui traverse une grave crise, où le niveau est proche de zéro.

Le tassement touche aussi des domaines plus résistants à la crise, comme ceux de l'énergie et des techniques médicales, a précisé à l'ATS Marcel Menet, le directeur de l'association, en marge de la conférence de presse. Et les mesures prises par certains gouvernement, comme par exemple les primes à la casse pour les voitures, ne sont pas forcément d'un grand secours pour l'industrie suisse de l'aluiminium.

Effondrement des prix

»Ces primes à la casse favorisent le segment des petites voitures, des véhicules qui comportent moins de pièces en aluminium que ceux du haut de gamme», a relevé M. Tavernier. Outre une demande fléchissante, l'industrie de l'aluminium subit une très forte pression sur ses marges en raison de l'effondrement des prix de l'aluminium depuis l'été dernier.

En juin 2008, la tonne d'aluminium se négociait à plus de 3300 dollars. Depuis le début de l'année, les prix oscillent entre 1300 et 1500 dollars la tonne. Conséquence de ces difficultés, plusieurs sociétés ont eu recours à des mesures de chômage partiel, d'autres ayant arrêté la production de certaines unités.

Mais les acteurs de la branche restent prudents en matière de licenciements: «les investissements dans le personnel portent leurs fruits, du moment que les vents nous sont de nouveau favorable», a indiqué Alex Kummer, directeur de la société Aluminium Laufen, à Laufon (BL).

En 2008, l'emploi dans l'aluminium en Suisse a connu une baisse de 4% par rapport à l'année précédente. L'association n'attend aucune embellie sur ce front avant 2010 au plus tôt. L'an passé, les livraisons globales pour les laminoirs et ateliers de filage à la presse ont diminué de 5,8% à 166 400 tonnes, comparé au record de 2007.

Chute en fin d'année

L'usage de l'aluminium en Suisse a diminué de 4%, à 183 000 tonnes, ce qui représente 25,2 kilos par habitant. Dans les fonderies de métal léger, le volume traité s'est effrité de 5,6% à 21 919 tonnes. De manière générale, les deux premiers trimestres ont connu une évolution favorable, le ralentissement débutant durant l'été pour se renforcer de manière dramatique en fin d'année.

(ats)

Ton opinion