Commerce extérieur: La crise freine les affaires internationales de la Suisse
Actualisé

Commerce extérieurLa crise freine les affaires internationales de la Suisse

Le commerce extérieur de la Suisse est toujours plombé par la crise.

En juillet, les exportations ont reculé de 16% et les importations de 18%. Une accalmie se dessine néanmoins ça et là, même si la tendance négative reste globalement de mise.

Sur le mois sous revue, les exportations se sont inscrites à 16,27 milliards de francs. En termes réels, soit corrigées de l'inflation, elles ont régressé de 15,1% par rapport à juillet 2008. En comparaison avec le mois précédent, une légère hausse est toutefois à noter, indique jeudi l'Administration fédérale des douanes (AFD) dans un communiqué.

Métallurgie très malmenée

Une fois de plus, toutes les branches exportatrices enregistrent une évolution négative, l'industrie métallurgique étant toujours la plus malmenée (-35%). L'industrie des machines, la branche du textile, l'horlogerie et l'industrie des matières plastiques flanchent d'un quart. Autre poids lourd des exportations suisses, la chimie enregiste le plus faible recul sur le mois (-4,5%).

Quatre branches sur les dix prises en compte dans la statistique affichent néanmoins une légère amélioration par rapport à la tendance observée depuis le début de l'année. C'est notamment le cas pour la plus touchée, la métallurgie, ainsi que pour la chimie.

Les ventes à l'étranger se sont contractées sur tous les continents, à l'exception de l'Amérique latine. L'Europe, qui absorbe près des deux tiers des exportations suisses, s'est contractée d'un cinquième.

Baisse sensible des importations

Quant aux importations, elles ressortent à 13,92 milliards de francs, ce qui représente une baisse de 14% en termes réels. Contrairement aux exportations, elles se sont dégradées par rapport à juin. Mais elles s'améliorent par rapport à mai.

Les achats de produits énergétiques accusent la plus forte contraction (-35% environ), pénalisés par une chute des prix de deux cinquièmes. Les biens de consommation, qui représentent un peu moins de 45% de total, subissent la dégradation la moins marquée (-8,6%).

Hormis l'Amérique (+5,8%), les importations régressent sur tous les continents. La Libye, avec laquelle la Suisse n'a pas encore résolu son conflit diplomatique, est le pays qui enregistre la plus forte chute (plus de 70%), en raison de l'effondrement des achats de pétrole.

La balance commerciale de la Suisse boucle sur un excédent de 2,34 milliards de francs, pratiquement à son niveau de l'an dernier (+0,1%). Ce niveau est aussi le deuxième plus élevé de l'année, notent les Douanes. (ats)

Ton opinion