Bonus d'un milliard: La crise profite aux Banques Raiffeisen
Actualisé

Bonus d'un milliardLa crise profite aux Banques Raiffeisen

Nombre de clients des géants bancaires transfèrent leur argent dans les coopératives.

«Nous enregistrons environ un milliard de francs d'argent frais par mois», déclare le patron de Raiffeisen Suisse Pierin Vincenz.

Il s'agit presque du double de l'afflux accumulé l'an dernier, explique-t-il mercredi dans une interview accordée au journal «Finanz und Wirtschaft». «Nous avons gagné quelque 100 000 nouveaux clients depuis le début de l'année - surtout en provenance des grandes banques et parfois des banques cantonales -, dont 75 000 sont devenus membres de nos coopératives.»

Raiffeisen profite d'une énorme confiance, car son modèle de gestion s'illustre par une faible prise de risque et se concentre sur la Suisse et ses régions, observe son patron. La crise financière n'a ainsi pas d'impact négatif direct sur les banques chapeautées par M. Vincenz: «Nous sommes fiers de ne pas être dépendants d'une aide extérieure», se réjouit-il.

Demandes de crédit en forte hausse

Les nouveaux fonds confiés par les clients sont investis dans des crédits, indique M. Vincenz. Car la demande en la matière est forte: «Nous avons pu prêter 5,1 milliards de francs durant les neuf premiers mois de l'année, c'est un record ! D'habitude, ce montant se situe autour de 4 milliards par an.»

Pour éviter que les Banques Raiffeisen, fortes de leur succès, ne deviennent plus négligentes en matière d'évaluation des risques, le groupe gère les liquidités excédentaires dans un pot commun selon des critères très stricts, affirme M. Vincenz. «En ce moment, nous investissons surtout dans le marché des crédits de repo.»

Pas de bénéfice record en 2008

Malgré l'argent frais recueilli cette année, le bénéfice de Raiffeisen ne devrait pas dépasser le chiffre record réalisé en 2007. Car la croissance entraîne des coûts plus élevés dans un premier temps. «Nous avons par exemple créé 300 postes de travail en 2008.», souligne M. Vincenz. Et de prédire que les recettes en terme de commissions seront plus faibles cette année.

(ats)

Ton opinion