Conflit gazier: La crise «s'aggrave» en dépit des efforts
Actualisé

Conflit gazierLa crise «s'aggrave» en dépit des efforts

La crise gazière qui frappe l'Europe «s'aggrave» en dépit des efforts déployés pour la régler rapidement.

C'est ce qu'a déclaré samedi le premier ministre russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre avec son homologue tchèque Mirek Topolanek.

«Malgré tous les efforts qui ont été fournis, la crise s'aggrave», a déclaré M. Poutine au début de leur rencontre dans les environs de Moscou. «Ce sont les dirigeants ukrainiens qui l'aggravent», a-t-il insisté.

M. Poutine, qui était accompagné de hauts responsables du gouvernement russe et du patron du géant gazier Gazprom Alexeï Miller, a accusé l'Ukraine de se livrer à un «blocus gazier» de l'Europe. «Quoiqu'il en soit, nous allons essayer» de résoudre le conflit, a-t-il dit.

Protocole

«Nous espérons que vous pourrez convaincre nos partenaires ukrainiens de la nécessité de signer le document», a-t-il ajouté. Il faisait référence au protocole qui doit établir les conditions du déploiement des observateurs chargés de surveiller le transit du gaz par l'Ukraine, et qui semble le principal point d'achoppement des négociations depuis vendredi.

«J'ai envoyé un signal aux dirigeants ukrainiens que je resterai dans la région jusqu'à ce que le gaz passe de nouveau», a de son côté déclaré M. Topolanek. La Tchéquie préside actuellement l'Union européenne (UE).

Relations tendues

M. Topolanek a reconnu que les relations tendues régnant entre le président ukrainien Viktor Iouchtchenko et son premier ministre Ioulia Timochenko étaient un élément de la crise, mais a affirmé avoir réglé ce problème.

Le premier ministre tchèque se trouve samedi en Russie après une rencontre la veille à Kiev avec les dirigeants ukrainiens, pour tenter de dénouer la crise qui prive depuis mercredi une partie de l'Europe du gaz russe transitant par l'Ukraine. (ats)

Ton opinion